Magazine

De la nourriture et des médicaments pour l’Ukraine sous les bombes

Ukraine

Le téléphone portable d’Igor sonne constamment occupé. En première ligne depuis le début des frappes russes sur l’Ukraine, le propriétaire du restaurant ukrainien Kortchma, dans le 6e, fait partie des organisateurs d’une grande collecte au bénéfices des Ukrainiens bombardés, terrés dans les caves et sous-sols d’immeubles. La chapelle gréco-catholique ukrainienne dite chapelle Saint-Jean-du-Désert (12e) sert de point de ralliement. Depuis dimanche soir, 27 février, des bénévoles par dizaines empaquettent les denrées alimentaires et colis divers destinés à soulager la misère des civils. Une quarantaine de personnes s’affaire en ce lundi après-midi, des Français, des Français d’origine ukrainienne, des bi-nationaux… Le mouvement est né sur le web et le prêtre, Mykola Hryvnak, a lancé des appels lors des messes pour que s’exerce la solidarité envers les frères et sœurs livrés à la folie et à l’hystérie d’un dictateur.

Ukraine
Si vous souhaitez effectuer des dons, contactez le 06 60 94 25 00 ou le 06 60 97 25 78 ou le  07 68 21 00 60.
Un camion chargé à bloc partira mardi, chargé de tout ce que la communauté et ses proches auront apporté. Deux milles kilomètres séparent Marseille du point d’arrivée, la ville polonaise de Przemysl : – Les chauffeurs ont peur et ne veulent pas trop s’approcher de la frontière », confie un bénévole. Une autre affirme que « beaucoup de dons attendent encore en Pologne avant un transfert en Ukraine, c’est très compliqué de passer la frontière ». Un convoi partira ensuite de Pologne pour une ville frontalière dont on taira le nom pour des raisons évidentes de sécurité, « parce qu’on ne veut pas que les Russes utilisent ces informations », lâche un proche du prêtre.

Ukraine

Dans les cartons, de la nourriture  mais également des cannes anglaises, des déambulateurs, des pansements, « on manque de garots,  de sacs de couchage, de tapis de sol, on a besoin de Bétadine, de couvertures, de piles et de recharges de batteries » explique Igor, la gorge serrée. Le prêtre a eu rendez-vous avec la mairie, des cadres de Leroy Merlin, des responsables pharmaceutiques régionaux. Sur les marches de la chapelle, protégé par l’ombre de la croix au soleil couchant, Marc affiche un beau sourire. Solide et grand gaillard tatoué, il cache mal sa peur pour sa famille disséminée dans les villes de Shymkovd, Zaporijia à Kiev et Karkow en Ukraine : « Ils sont prisonniers, ils ne peuvent ni prendre la route ni prendre le train. Ils se protègent dans des abris antimissiles, dans les sous-sol d’immeuble, ils font comme ils peuvent ». Et puis Marc se tait, il sourit. Pour ne pas pleurer.

Kortchma, 30, rue des Trois Rois, Marseille 6e arr. Infos au 06 60 97 25 78.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler.
Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone,
83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.