Vins rosés, vins d'été

Un guide pour s'y retrouver dans la jungle des vins rosés

guide hachette des vins rosés le Grand PastisOn croise encore régulièrement des gens qui affirment : – Le rosé ? Mais c’est pas du vin ! » Libre à eux de le penser mais un éditeur, et non des moindres, vient jeter un pavé dans la mare des certitudes des roséphobes. Hachette, après le triomphe de son Guide Hachette des Vins, vient de sortir une déclinaison rosé très intéressante. L’éditeur affirme que 1000 dégustateurs ont dégusté à l’aveugle 4000 vins, attribué 65 coups de coeur, mis l’accent sur 260 bons rapports qualité-prix et encensé 150 vins bio. Soit.

Au-delà des chiffres, si toutes les région viticoles de l’Hexagone sont représentées, le guide réserve une jolie part à la Provence et à la Corse. De l’AOP bandol (dom. de Frégate) aux Baux-de-Provence (Mas de la Dame), le guide passe au crible toutes les stars de la région. Du château de Fontcreuse (AOP cassis) le guide écrit : « une belle typicité avec des notes de fraise, de bonbon anglais et de pamplemousse (…) Une bonne structure soulignée par une bonne fraîcheur  bien maîtrisée (…) composent une bouche gourmande ». En IGP Alpes-de-Haute-Provence, le guide a sélectionné le domaine des Bambines, dans la même famille depuis 1825 : « Expressif et élégant, le nez mêle la poire et les fruits exotiques. Arômes que l’on retrouve avec intensité dans un palais frais et long ». La prose est accessible, claire et compréhensible, les associations mets-vins sont pertinentes, ce guide devrait vous accompagner tout l’été…

Le Guide Hachette des Rosés 2016-2017,
240 pages, tarif : 12,90 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux