Magazine

Une étoile Michelin pour le Marseillais Karim Khouani en Suède

karim khouani bis
Karim Khouani dans son restaurant créé il y a 5 ans dans le quartier de Vent Åkra. Photo Andreas Hillergren

Hier vendredi, Jean-Louis Ivaldi, chef de travaux à l’école hôtelière de Marseille-Bonneveine, était tout heureux : son ancien élève Karim Khouani vient de décrocher sa première étoile dans l’édition suédoise du guide Michelin. Installé dans la ville de Malmö, le Marseillais y a créé, il y a 5 ans, un restaurant intimiste et chaleureux : Ambiance. Dans ce pays de quelque 10 millions d’âmes, Karim Khouani rejoint le cercle très restreint des 17 tables étoilées au guide rouge. A la presse locale qui l’a interviewé dès l’obtention du macaron jeudi matin, Khouani a déclaré : « ça a été fou. Nous avons reçu plus de 600 e-mails avec des demandes de réservations. Notre système de réservation est même tombé en panne » s’est réjoui le jeune patron dont le restaurant est situé dans le quartier de Vent Åkra. Sollicitations de journalistes en nombre, fleurs envoyées par la municipalité de Malmö… la fête a été totale : « Nous sommes très fiers et heureux de cette distinction mais nous avons travaillé très dur pour cela » a insisté Karim Khouani.

Formé au lycée hôtelier de Bonneveine en 1993, Khouani s’est d’abord passionné pour la pâtisserie, la confiserie et le chocolat. Il a par la suite complété son éducation dans six tables étoilées de l’Irlande à la Chine, du Luxembourg à la Grande-Bretagne, chez le médiatique Gordon Ramsay. A l’issue de ce tour du monde gastronomique, Khouani a décidé de poser ses valises en Suède, le pays de celle qui est devenue sa femme. Chantre de la coquille saint-jacques mais aussi de la soupe de poissons à la marseillaise, Karim Khouani travaille la tomate, les herbes aromatiques et l’ail : « Tout ce que j’ai dans le sang, je le remets à ma façon » confie-t-il, le sourire malicieux. Sa maman Brigitte, qui vit toujours à Marseille, peut être fière, son fils est un des rares Français, pour ne pas dire le seul, à être étoilé Michelin dans un pays scandinave…

4 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux