Vins rosés, vins d'été

Le Quintessence d’éclosion 2015 de Blacailloux : pépite en vue

Quintessence 2015 blacaillouxDans la famille des coteaux varois en Provence, la bastide de Blacailloux figure parmi les noms les plus enracinés dans le terroir puisqu’au XIVe siècle déjà, on parlait de la terre de Blacalhos. Dans le droit fil de ses aïeux, Bruno Chamoin a repris les rênes du domaine en 1995, perpétuant le souvenir de sa grand-mère, née Barbaroux, qui la première, eut l’idée de planter de la vigne ici même. Le vignoble s’étend aujourd’hui sur 30 hectares courant sur des plaines, restanques et collines à quelques encablures de la Sainte-Baume. Soleil et chaleur sèche, nuits fraîches, terres balayées par le mistral… le climat est propice à l’élaboration de vins selon les règles de l’agriculture biologique. L’an dernier, la cuvée Quintessence d’éclosion 2014 de la Bastide de Blacailloux, s’était retrouvée classée parmi les cent-vingt meilleurs rosés de Provence par le Guide Hubert de Pierre Casamayor ; un exploit qui se répète cette année encore pour le millésime 2015. Voilà qui en dit long sur le degré d’exigence du maître des lieux et de son équipe. Comme l’an dernier, le millésime 2015 est composé de deux cépages très complémentaires : la syrah (70%) et le grenache. Derrière une belle robe rose tendre se révèle un nez expressif sur des notes de grenade, de mangue et d’agrumes. La bouche élégante, ronde et soyeuse est caractérisée par une remarquable persistance et une légère tension. On servira ce rosé typiquement provençal à 9-11°C sur des cuisines exotiques (créole, martiniquaise) et des mets de caractère : lasagnes à la sauce tomate par exemple.

Bastide de Blacailloux, route de Mazaugues, 83170 Tourves ; infos 04 94 86 83 83. Cuvée Quintessence d’éclosion 2015, rosé, 11,20 € environ.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux