Art de vivre

Barbecue, les grandes tendances de 2015

ambiance barbecue potesLes grillades d’un dîner d’été sur une plage méditerranéenne… l’image fait rêver, elle fait partie du quotidien des Provençaux dès qu’arrive la belle saison. Au bonheur d’être dehors, s’ajoute celui d’une cuisson au barbecue. Viandes, poissons, mais aussi plats végétariens bio, mets fumés ou cuits à basse température pendant des heures, gâteaux ou pains cuits sur braise… tout est envisageable au barbecue à couvercle, pourvu que l’on accepte d’en avoir une utilisation décomplexée et décodifiée. Le barbecue n’est peut-être pas encore pour tous un moment sacré, mais cela reste un sacré moment !

Cuissons/fonctions
1 . Les barbecues au charbon sont plutôt destinés aux grilleurs en quête de braises et d’authenticité. Ceux-là même qui, le temps d’un week-end, veulent faire durer le plaisir et prendre le temps de peaufiner les détails, allumer le barbec’, en contrôler la température, apprécier les odeurs et le craquement de ses briquettes… Recommandé pour ceux qui disposent d’un jardin. Attention aux incendies, toujours se munir d’une ou deux bassines d’eau au cas où…
2. Les barbecues à gaz sont déstinés aux grilleurs « impatients » qui cherchent à se faire plaisir en cuisinant au quotidien de manière pratique, rapide et puissante.
3. Les barbecues électriques répondent aux besoins des utilisateurs en terrasses ou sur balcons ; ils sont gage de convivialité et de souplesse d’utilisation.

le barbecue infographieEt le couvercle ?
Georges Stephen, un Américain, a inventé en 1952 le barbecue boule à couvercle, c’est le premier à proposer une telle innovation. Ce couvercle n’est pas uniquement là pour protéger le foyer… il offre en réalité beaucoup plus d’avantages, notamment celui d’ouvrir la voie vers des modes de cuisson sans précédent. Cuire avec le couvercle fermé et les clapets d’aération ouverts, permet de contrôler le flux d’air ainsi que la circulation de la chaleur dans tout le barbecue. De quoi pouvoir à la fois maîtriser la température et éliminer tout risque de flambée imprévue.
Avec son couvercle de génie, la marque américaine Weber a transformé le barbecue en four à chaleur tournante, pour une cuisine facile et un résultat ultra savoureux.

Les tendances de l’été 2015
En matière de cuisine au barbecue, la tendance est bel et bien au « slow cooking ». Les puristes ne se contentent plus d’une simple côte de boeuf grillée ou de merguez grillées, ils revisitent avec passion les bons petits plats mijotés de nos grands-mères et redécouvrent leurs ustensiles de cuisine. Ils prennent le temps de choisir les meilleurs ingrédients et de les cuisiner à cuisson lente, à feu doux.
Autre tendance incontournable en 2015, le barbecue est nomade. Les amateurs de barbecue veulent l’emporter n’importe où, n’importe quand, conformément à la réglementation en vigueur, bien entendu. Les citadins passent de plus en plus de temps à l’extérieur et le barbecue baladeur correspond parfaitement à leurs envies de repas au grand air. Il faudra donc qu’il soit aussi compact…

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux