Vins rosés, vins d'été

La Bastide de Fave rend hommage aux moines de Saint-Victor

bastide de fave

Entre Bras et Brue-Auriac, dans le Var, non loin de Barjols, il est une terre qui fut rattachée à l’abbaye de Saint-Victor de Marseille. Un cuvée en rouge et en rosé, Héritage de Saint-Victor, raconte ces liens noués dès le XIe siècle, lorsque le seigneur de Brue offrit aux moines marseillais une chapelle dite de Notre-Dame. Aussitôt, les ecclésiastiques édifièrent un prieuré et entamèrent la culture des terres voisines en plantant de la vigne. Au fil des siècles, le vignoble est resté et Benoît Fil est désormais le dépositaire de cette longue histoire.
Ingénieur agronome et oenologue de formation, Benoît Fil s’est installé ici en 2017. Avant de revenir sur la terre de ses origines, Fil a exercé ses talents en Georgie, au coeur des montagnes du Caucase, où il a géré successivement le vignoble, puis la production des vins de la société Georgian wines and spirits, alors filiale du groupe Pernod-Ricard. En 2008, il devient maître de chai de la Maison Martell, où il passera 8 années à distiller, élever et élaborer les assemblages de cognacs.

Amoureux de la Provence et de son art de vivre, le jeune vigneron travaille en trois couleurs et raconte, au fil des millésimes sa passion pour la Bastide de Fave. La cuvée Héritage de Saint-Victor rosé 2018 est le fruit d’un assemblage rolle (40%), syrah (35%), cinsault (15%) et grenache. Ce vin, que l’on servira à 11-12°C, a reçu une médaille d’argent au Concours général agricole et une autre au concours des vignerons indépendants. Le nez délicat mais intense de fleurs d’agrumes (citronnier, pamplemousse) évolue sur les arômes de pêche jaune. La bouche est charnue et la robe saumon franc confirme une belle structure et une longue persistance en bouche.  Vous servirez ce vin avec des pâtes au pistou, des crustacés (langouste au barbecue), des légumes grillés et arrosés d’un filet d’huile d’olive. A réserver aux amis qu’on aime…

Bastide de Fave, 83119 Brue-Auriac ; infos au 06 73 40 58 41. Héritage de Saint-Victor rosé 2018, 75cl, 10 € départ cave.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter