Art de vivre

Navettes de la Chandeleur : de Vénus à la petite barque

Si les Bretons ont les crêpes, les Marseillais, eux, arborent fièrement leurs navettes pour les fêtes de la Chandeleur. Tous les ans, le 2 février, Marseille célèbre non sans fierté la fêtes des “chandelles” (candela en latin), moment où le religieux flirte avec le païen. Alors pour tout savoir sur les navettes, suivez le guide !

navettes en imagesLa Chandeleur c’est quoi ?
C’est la fête catholique de la bénédiction des cierges verts symbolisant la lumière du Christ sur le monde, et la couleur confirme le miracle accordé à Marie d’enfanter sans perdre sa virginité. Chez nous, cette fête lie intimement le Vieux-Port et  l’abbaye de Saint-Victor, consacrée à Marie depuis le VIIe siècle. Des écrits attestent que cette fête aurait été instituée en l’an Mil alors que l’abbé bénédictin Isarn conduisait l’abbaye. Tous les ans, une procession part du Vieux-Port (aux alentours des 3 heures du matin), remonte la rue Sainte et une messe est dite à Saint-Victor. Ensuite, vers 6 heures, l’archevêque de Marseille se rend au Four des Navettes, où, depuis 1781, on fabrique ce biscuit, et bénit une fournée.
136, rue Sainte, Marseille 7e arr.

D’où viennent les navettes ?
Ces petits biscuits en forme de barque (navis, navire, nauta, marin, nautique) sont typiques du pourtour du bassin méditerranéen et leur origine remonte à l’Antiquité. Au Moyen-Age, l’église catholique s’est emparée de ce biscuit et a raconté que ces navettes symbolisent la barque par laquelle Marie-Salomé, Marie Magdeleine et la vierge Marie auraient débarqué sur les rives de Camargue. La réalité est moins vertueuse : ces navettes symbolisent en fait le sexe de Vénus et elles étaient mangées, lors des fêtes du solstice d’hiver, pour favoriser le retour de la fécondité humaine et la fertilité des champs.

Où acheter ses navettes ?
Chacun revendique fabriquer les meilleures, personnellement, je recommande celles de la biscuiterie des Navettes des Accoules. Délicatement aromatisées à la fleur d’oranger, elles sont cassantes mais jamais dures, joliment dorées à cause de la présence d’oeuf dans la recette. José Orsoni tient leur recette de sa grand-mère corse qui les cuisinait pour la chandeleur. Elles se conservent sans problème plusieurs mois.
Les navettes des Accoules, 68, rue Caisserie, Marseille 2e arr. ; 04 91 90 99 42 (le site c’est ici).

Il paraît que les Parisiens aussi font des navettes ?
Eh bien oui ! A la demande d’Olivier Baussan (l’Occitane, boutiques Première Pression Provence), le pâtissier Pierre Hermé a imaginé une recette revisitée où le beurre est très présent. Les navettes made in Pierre Hermé

Et moi, je peux faire des navettes ?
Rien de plus simple : il vous suffit de lire cette recette

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

La Grande tournée MPG poursuit son parcours dans les Bouches-du-Rhône dans plus de 40 villes et villages. Son but ? Promouvoir les produits de l’artisanat local, les spécialités de l’agriculture et de l’élevage, les échanges avec les cuisiniers de chaque terroir. Venez vous attabler, déguster, boire et jouer pour gagner des Pass resto d’une valeur de 50 euros. Rendez-vous le samedi 31 octobre à Mollégès de 11h à 18 heures et le dimanche 1er novembre à Châteaurenard de 9h à 13 heures. Vous aurez également la possibilité de rencontrer l’équipe du Grand Pastis lors de chacun de ces événements.

Manger bio sans dépenser plus À l’heure où manger bio est devenu une évidence, pour notre santé et pour la planète, ce livre démontre qu’on peut manger sain pour trois fois rien, tout en se régalant. Ce livre est écrit en duo par Claude Aubert, pionnier du bio en France, et Christine Mayer-Mustin qui proposent 250 recettes faciles à prix imbattable. Vous y trouverez : toutes les explications sur les raisons qui doivent nous inciter à remplacer une partie des protéines animales et constituer des menus équilibrés, un focus sur de nombreux ingrédients (céréales, fruits et légumes, viandes et poissons, produits laitiers), 40 menus équilibrés à moins de 3 € par personne et 12 menus pour un coût compris entre 3 et 4 € avec 250 recettes de l’entrée au dessert, avec des astuces zéro déchet et des conseils pour accommoder les restes. Une refonte complète, très enrichie, du livre Manger sain pour 3 fois rien, publié pour la première fois en 2009 et dont le succès ne s’est jamais démenti. 256 pages, 15 €, collection Conseils d’expert chez Terre vivante Ed.