Art de vivre

Nouvel hôtel à Aix-Les Milles : le Birdy en mode exotique

Insuffler une note d’exotisme au pied de Sainte-Victoire, c’est le défi relevé par l’équipe de l’hôtel Birdy. Situé entre le golf et la zone des Milles et Aix-en-Provence, en lieu et place de l’ancien hôtel Royal Mirabeau, le Birdy sera inauguré ce jeudi 15 juin prochain. Oubliez donc le décor classique du précédent établissement, le designer Sébastien d’Evry, et Robert-Cheramy, le maître-d’oeuvre, ont scénarisé « un monde imaginaire, entre les Indes britanniques et le Cuba des Sixties (…) Bien au-delà du décor, nous avons voulu proposer plus qu’un décor : une expérience » assurent-ils. Coloré jaune et azur, le Birdy est également embelli par de nombreuses plantes tropicales de l’accueil jusqu’au bar en passant par le restaurant. Dans les assiettes c’est presque tout aussi exotique. «  Notre chef Thierry Bernet travaille avec des ingrédients frais et locaux, assure Pascal Doublet, le directeur de l’hôtel qui ajoute : On n’a pas de produit frais des îles mais on a des desserts avec des senteurs de cacao et exotiques ainsi que plusieurs pièces rôties qui changent chaque jour sur des formules à 12 ou 18 euros ». Optimiste quant à l’accueil que lui réserveront les premiers clients, l’équipe de l’hôtel Birdy attend avec impatience le début de la saison estivale afin de « mettre en vie » les 95 chambres de l’hôtel.

Axel Gède

Le Birdy, 775, rue Jean-René-Guillibert Gauthier de la Lauzière, 13291 Aix-en-Provence. Infos au 04 42 97 76 00.
Tarif : 120 € le week-end pour deux personnes, petit-déjeuner compris.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.