Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
5e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Le bistrot Sassy, la p’tite folie du boulevard Chave

Le bistrot Sassy, boulevard Chave à Marseille 5e.

N’est pas bistrot et encore moins bar de quartier qui veut. Un bar de quartier, c’est un endroit où se réunit toute la noblesse populaire, le tiers-Etat patricien. Un oxymore réunissant des gens qui se retrouvent pour l’apéro en parlant et riant fort, la voix éraillée mais les yeux pleins de tendresse. Le bistrot Sassy est de ces adresses que les guides parisiens ne sont pas encore venus souiller. Une maison qui permet à une table de parler à l’autre sans passer pour un lourdaud. Accueil gentil avec Tess Silvestre et Steven Greffine à la manœuvre ; destination une table pour deux, décorée avec une petite serviette en papier blanc-bleu.

Le bistrot Sassy, boulevard Chave à Marseille 5e.

De sa voix cassée, le cuisinier estime être « un peu japonais puisque j’ai vécu et cuisiné là-bas ». Tu m’en diras tant ! Et voilà comme un bref CV suffit à éclairer une ardoise aux accents asiatiques, intelligente et fine. Le sashimi de thon akimi-wasabi côtoie sans pudeur des poireaux vinaigrette, le boudin noir-purée paré d’oignons caramélisés et framboises tutoie un ramen de bœuf bouillon tonko-tsu.
Les œufs mayo-wasaïoli sont délicatement cuits, offrant un jaune presque cru à cœur ; ils sont nappés d’une sauce fine évidemment faite sur place. Le cordon bleu dégouline de fromage à peine l’aura-t-on tranché. Ça croustille dehors, ça jute dedans, l’ensemble est arrosé d’une sauce bulldog indissociable de la sauce tonkatsu, duo sucré et épicé qui fait merveille sur les tempura et autres bonheurs croustillants.

Le bistrot Sassy, boulevard Chave à Marseille 5e.

Et pour finir mon bon Monsieur ? Un Paris-Brest praliné et rustique puisque préparé par un chef dont on voit bien que la pâtisserie n’est pas son terrain de jeu préféré. Mais ça fait le job, porté par un café dont les notes fortes, et un tantinet amères, s’harmonisent avec le pralin. Alors faut-il aller déjeuner au bistrot Sassy ? Mais oui bien sûr ! Primo parce que tout est cuisiné frais du jour, parce que la carte vibre au rythme du sac et ressac raffiné entre Asie et France franchouillarde. Oui car le client est respecté avec des tarifs permettant de s’en sortir de 20 à 30 € et oui parce qu’il y a dans ce bar un je-ne-sais-quoi qui nous dit que très vite, on y reviendra… Un peu comme Ulysse et les sirènes.

Bistrot Sassy, 167, bd Chave, Marseille 5e arr. Infos au 07 44 85 19 27. Ardoise de 20 à 30 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.