Restaurants en Provence

Les bonheurs simples et sincères du Comptoir des Docks

Comptoir des DocksLà-bas, tout au loin du couloir bordé de boutiques, se cache un repaire dont les initiés se chuchotent le nom, de repas en repas. Le Comptoir des Docks porte bien son nom avec un long comptoir dès l’entrée à droite. Ambiance vieilles pierres et étagères noires sur lesquelles s’empilent cartons et bonnes bouteilles. Derrière le fameux comptoir, sur quelques mètres carrés, on s’agite sur un gril, une plancha et sous une puissante hotte aspirante. Le concept est intelligent, pas novateur mais bien conduit, avec des propositions aussi alléchantes que pertinentes. On choisit son plat et l’accompagnement qui va avec. Les portions, entre une tapas et une assiette, sont joliment présentées, vite servies et ont le goût de ce qu’elles sont, pour plagier le célèbre Curnonski.
Dimanche, la carte proposait un onglet de boeuf aux échalotes, une andouillette Bobosse sauce moutarde à l’ancienne, des seiches persillées sautées, des travers de porc sauce barbecue maison-cébettes et des anchois marinés. On ne sait que choisir… Et pour les accompagnements idem : salade de lentilles vertes du Puy, des falafels sauce fromage blanc aux herbes, des pommes grenailles travaillées comme des patatas bravas. Les propositions sont simples, les assaisonnements justes, les quantités cohérentes avec les prix. La bande son distille « le Boléro » de Ravel, enchaîne les partitions classiques loin, très loin de la bande son partout ailleurs mêlant les hurlements de Rihanna aux gémissements de Julien Doré. Il en résulte une ambiance cool et une clientèle détendue, heureuse de voir les assiettes défiler sur les tables.
A partager, le saint-marcellin fondu au four dans lequel chacun trempe son pain ; suit un tartare de thon joliment assaisonné à l’huile de sésame et à la sauce soja. Le thon juste snacké à l’avocat-coriandre et citron vert est servi rosé, simple et pourtant délicat. Un tour de moulin à poivre et un peu de sel sur les panisses dorées et c’est le bonheur. Un gâteau proposé par les Bricoleurs de Douceurs, un expresso velouté et on comprend pourquoi ce Comptoir des Docks a si belle réputation. Alors faut-il y aller ? Oui pour la simplicité des propositions et leur parfaite exécution ; oui pour l’ambiance calme et le savoir-faire du personnel hyper discret mais très présent, oui pour le rapport qualité-prix. Allez faire un tour au Comptoir, il y a de fortes chances pour que vous en tombiez amoureux.

10, place de la Joliette, Marseille 2e arr. ; réservations au 04 91 45 96 12. Carte aux environs de 23-25 €.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter