Magazine

Avec Alter Gusto, Carole est devenue la référence des blogs cuisine 100% Provence

carole Alter GustoSon blog figure parmi les références de la recette de cuisine made in France. Le 27 mai 2008, Carole donnait naissance à AlterGusto « parce que je voulais chercher des saveurs différentes. Nous , dans le Sud, on connaît l’huile d’olive mais, bizarrement, autour de moi, on cuisinait peu de gâteaux à base d’huile d’olive. Alors j’ai voulu surprendre en proposant mes découvertes, toutes axées sur le goût » raconte cette jeune femme à la silhouette fragile et au sourire franc. Carole dessine les contours d’AlterGusto : « Je n’y fais que de la cuisine ; chez moi, pas de critiques, pas d’actu. De temps en temps un billet d’humeur pour parler des thèmes qui me sont chers, c’est tout ». C’est tout mais c’est déjà beaucoup : conception et réalisation des recettes, stylisme et shooting photos, mais aussi « vaisselle et ménage », Carole assume toutes les tâches. La récompense est au bout du chemin : des lecteurs du Canada, de Suisse, Belgique et, bien sûr, de toutes les régions de France, viennent s’inspirer du travail de cette Marseillaise qui, à sa façon, fait aussi rayonner la Provence. Soumise à la question, Carole dit tout…

Si vous étiez un produit ? 
Une huile d’olive de Provence, fruité noir, réalisée avec des olives maturées. Ma préférée. 
 
La gourmandise est un péché sucré ou salé ?
Est un péché « tout court » ou pas. Je ne choisis pas entre le salé et le sucré, je prends les deux ! Mes goûts sont assez classiques : boulettes de viande, soupe au pistou, pissaladière, bocconcini, fiadone, clafoutis, cakes, desserts aux agrumes… La liste n’est pas exhaustive, bien sûr !
 
Si vous étiez un livre, ce serait…
Le Reboul. Sans doute plus pour sa symbolique que son contenu. Dans la famille, le Reboul trône dans les cuisines depuis plusieurs générations et j’aime l’idée de cuisiner, parfois, avec le même livre que ma grand-mère, qui me l’a offert, et que mon arrière-grand-mère.
 
Le chocolat noir ou au lait ? 
Sans la moindre hésitation, noir et fort en cacao.
 
Avec qui pour aller au restaurant ? 
Toute personne sympathique et gourmande.
 
Vous êtes plutôt plateau télé ou grand dîner ? 
Les 2 s’ils sont bien faits ou aucun si…
 
Votre plat préféré ?  
Du fromage. Un plat-eau de fromage 😉
 
Une astuce culinaire de folie ? 
Tu mixes de la feta avec un peu de jus de citron, d’huile d’olive et les zestes du citron. Tu sers ça à l’apéro, ça à l’air de rien, ça prend 2 minutes à préparer mais… gros succès garanti !
 
Avec qui pour un dernier repas ? 
Brad Pitt… 😀 
 
Un chef que vous vénérez ? 
Heu… vénérer c’est peut-être un peu fort non ? J’ai beaucoup d’admiration pour Anne-Sophie Pic, son parcours, son talent, sa détermination. Ou Sonia Ezgulian, pour sa cuisine inspirante et sa créativité sans limite. Et Florent Ladeyn pour sa philosophie et sa démarche locavore poussée à l’extrême qui m’épate… Et plein d’autres.
 
Une mode que vous détestez… 
La mode du « sans » qui fait fureur ces temps-ci.
 
Le Grand Pastis, vous connaissez ? 
Évidemment que je connais ! Un site de référence sur l’actualité de la gastronomie de la région et un recueil de ses bonnes adresses. LE guide. Incontournable ! J’en ai même prescrit une lecture régulière à ma maman.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter