Vins rosés, vins d'été

Château du Galoupet 2018, ton rosé au milieu des palmiers

Château du Galoupet

La liste des 18 crus classés : château Minuty, château Sainte-Roseline, domaine de la Source Sainte-Marguerite (devenu château Sainte-Marguerite), domaine de la Clapière, domaine de l’Aumérade, clos Cibonne, domaine de Rimaurescq, domaine de Castel Roubine (devenu château Roubine), château du Galoupet, château de Saint-Martin, château de Saint-Maur, clos Mireille, château de Selle, château de Brégançon, domaine de Mauvanne, domaine de la Croix, domaine du Jas d’Esclans et domaine du Noyer.
Le château de Galoupet appartient au petit club des crus classés de Provence ; un titre qui, au-delà de l’honneur, oblige le vigneron et suggère, pour l’amateur, un niveau et un degré de qualité hors pair. Ce classement date de 1977 où, passant outre la colère des propriétaires bordelais, le ministère de l’Agriculture distinguait 23 exploitations sur les 300 appartenant, à l’époque, aux côtes de Provence. Aux origines, ce classement découlait d’une antériorité historique et ne faisait aucun cas des critères qualitatifs entraînant polémiques, débats et contestations. Les années sont passées et cinq domaines ont tiré le rideau. Il en reste dix-huit désormais et quatorze d’entre-eux se sont réunis en 2000 pour promouvoir et défendre leur titre. En 2008, la Revue du vin de France s’était amusée à goûter à l’aveugle plusieurs millésimes de chaque domaine en différentes couleurs et il apparaissait que le château de Galoupet, classé en 1955, méritait toujours cette distinction… Voilà pourquoi parler de château Galoupet apparaît comme une évidence.

Le rosé 2018 du domaine est le fruit d’un assemblage de grenache (40%) et cinsault (40%), rolle, syrah, tibouren et mourvèdre (5%). Ce vin rosé de gourmet à la robe rose saumoné offre un nez de fleurs blanches et d’agrumes. Vin frais et élégant, sa bouche est délicate sur des arômes de fruits rouges (framboise et groseille). Une tension en finale rappelle sa fraîcheur et sa vivacité. On le servira à l’apéritif et pour escorter des viandes blanches (poulet et volailles à la broche), des poissons à forte personnalité comme des rougets grillés et/ou en sauce tomate, un plateau de coquillages (moules, praires, coques, tellines persillade) et des crustacés (langouste à la braise ).

Château du Galoupet, 83250 La Londe-les-Maures ; infos au 04 94 66 40 07 ; rosé 2018, la bouteille de 75 cl, tarif départ cave : 15,45 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.