Vins rosés, vins d'été

Mas de Cadenet : le rosé 2018, un classieux minéral

Difficile de dissocier les Negrel du Mas de Cadenet ; propriétaire de cette terre depuis 1813, cette famille peut se targuer d’être, sinon la plus ancienne, au moins l’une des plus anciennes dynasties vigneronnes de Provence. Le vignoble couvre 50 hectares plantés de syrah, grenache, cinsault, cabernet-sauvignon et rolle dont l’écrasante majorité est en AOP sainte-victoire, la portion congrue étant dévolue aux côtes de Provence. Il y a peu, l’achat, auprès d’un lointain cousin, de quelque 15 hectares a permis de reconstituer le domaine, dans sa physionomie première, lors de l’achat par les aïeux à l’orée du XIXe siècle. La septième génération boucle la boucle, la saga familiale se poursuit.

mas de cadenet

Guy Négrel assisté de ses enfants, Maud et Matthieu, produit du rosé à 60%, le rouge (30%) et le blanc sont réduits à la portion congrue. Proximité de la Sainte-Victoire oblige, les 50 hectares de la propriété génèrent des vins à l’étonnante minéralité ; les bas rendements (45 hectolitres par hectare) contribuent à offrir des vins rosés de belle tenue et délicats. Ce côtes de Provence-sainte-victoire 2018 est harmonieusement composé de grenache et cinsault (45%) et de syrah. Ce 2018 se distingue par sa robe très pâle et sa fraîcheur, portée par une minéralité et une tension persistantes en finale. On aime ses notes de fruits rouges et son croquant qui en font l’hôte idéal de tous les menus typiques et gastronomiques. On le servira à 12°C avec un égal bonheur à l’apéritif ou en accompagnement d’une ratatouille, de petits farcis, de pâtes au pistou ou d’aubergines parmesane. Plus audacieusement, vous l’associerez avec un couscous de légumes voire des sashimi pour peu que vous évitiez les excès de sauce soja…

Mas de Cadenet, 13530 Trets ; infos au 04 42 29 21 59. Rosé 2018 éponyme, 75 cl, tarif : 14 € départ cave.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux