Carnet de cave

Château Salettes rouge 2013, pour les fanas de bandols

chateau saletteL’automne est la saison de la chasse, des retours de promenades en forêt et des couleurs rougeoyantes dans le vignoble qui réchauffent un air glacé par le souffle du mistral qui dégage le ciel. C’est aussi la saison du vin rouge et des bandols plus particulièrement. Pourquoi ? Parce que les vins de cette appellation aiment les daubes de sanglier, les faisans, les plats giboyeux… En un mot : les plats structurés, avec du caractère, des recettes ancrées dans la terre. Et quel meilleur cépage que le mourvèdre, présent au moins à 50% dans tous les assemblages de l’AOC, pour répondre à une si belle nature morte ? Outre les stars du coin, Pibarnon, Pradeaux, Frégate, Bégude, Bunan, Suffrène, il y a ce château Salettes “Expression du terroir” rouge 2013 qui mérite toute votre attention.

La propriété couvre 37 hectares d’un seul tenant situés en bordure de Méditerranée, entre Toulon et Marseille à 3km de la plage des Lecques. Les vignes étagées en restanques sont à l’abri des gelées hivernales et exposées sud. Ce 2013 est un assemblage de mourvèdre (85%), grenache (10%) et cinsault. Les vignes sont âgées de 25 à 50 ans et les raisins sont ramassés à la main. Les adeptes de biodynamie seront à la fête bien que le domaine ne revendique pas cette méthode culturale. Comme tous les bandols, ce millésime très équilibré présente une robe profonde d’un grenat intense. Son nez, complexe, développe des arômes de fruits noirs comme la mûre et le cassis, soutenu par des notes épicées et empyreumatiques (fumées, torréfiées). En bouche le château Salettes rouge 2013 dévoile une attaque franche et nette. Les tanins sont encore bien présents mais intégrés et le gras prédomine. La finale longue sur les notes de poivre blanc et de menthol en fait le compagnon idéal d’un lièvre à la royale ou d’une daube.

Château Salettes, 913, chemin Salettes, 83740 La Cadière d’Azur ; 04 94 90 06 06. Le rouge 2013 est en vente au prix moyen de 19 € TTC.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter