Carnet de cave

Château Malherbe, derrière le noir un grand rouge

MALHERBE-12-ROUGEDans le Var, à quelques encablures du fort de Brégançon, la route qui serpente au milieu des chênes lièges et de la garrigue conduit à ce domaine familial de quelque 25 hectares. L’ancienne ferme qui dépendait de la citadelle est devenue propriété de Louis Ferrari en 1935, elle n’a jamais quitté la famille depuis. Aujourd’hui, son arrière-petit-fils, Sébastien, cultive les 20 hectares de vignoble affichant un âge moyen de 45 ans, avec un louable souci d’excellence.

Conformément à la tradition provençale, la couleur majoritaire ici reste le rouge qui profite, sur la pointe la plus méridionale du Massif des Maures, le cap Bénat, de conditions climatiques idéales. Pour ce Malherbe rouge 2012, les raisins ont été vendangés à la main ; l’assemblage de syrah et grenache à parts égales (35%), et de mourvèdre (30%), génère un vin au nez méridional mûr et fondu, de pruneau cuit, d’épices douces et de fruits rouges.

A la dégustation, le mourvèdre apporte de la robustesse et la bouche charnue annonce des tanins présents sans être agressifs. Des notes fruitées de fruits rouges (myrtilles, cassis, groseilles) précèdent les épices. La note finale très minérale, rustique et savoureuse, apporte la touche délicate de ce côtes de Provence. Je vous conseille de carafer ce vin 30 à 40 minutes avant dégustation, il accompagnera des viandes régionales de caractère (agneau de Sisteron, taureau de Camargue), un canard à la braise, des ragoûts et gibiers.

Château Malherbe, 1, route du Bout du Monde, 83230 Bormes-les-Mimosas ;
infos auprès de Sébastien Ferrari au 04 94 64 80 11. Château Malherbe rouge 2012, 30 € environ.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.