Carnet de cave

La syrah, le Luberon et une sélection de 3 flacons

Vacances d’été, d’automne, de Noël ou de Pâques, il y a toujours une bonne raison pour arpenter les routes du Luberon. Les vignobles qui couvrent ce massif du Vaucluse sont cultivés depuis l’Antiquité et, la syrah, cépage qui s’appelle également Sirac, Candives, Shiraz, Serine ou Sérène ailleurs dans le monde, y trouve toute sa place. Ce cépage noir qui propose des vins rouges d’une couleur soutenue se révèle d’une belle complexité aromatique, les vins issus de la syrah alliant des arômes d’épices, de mûres, de myrtille ou de violette. Dans la jungle des domaines, cuvées et millésimes, le Grand Pastis vous propose ses 3 coups de coeur de l’automne…

Château de Clapier, Soprano 2012
Un assemblage de 55% syrah, 25% grenache et 20% de pinot noir (unique en AOP Luberon). Paroles d’experts : une robe soutenue avec une belle concentration. Un nez riche et ouvert de fruits rouges et noirs mûrs avec des touches d’épices et de vanille. Une bouche dense et fruitée avec des tanins épicés, une finale grillée. Et avec ça, on mange quoi ? À boire avec un filet de boeuf Rossini et sa garniture de légumes anciens ou une épaule d’agneau aux herbes et des fromages affinés.
C’est cher ? 10 € la bouteille départ cave. C’est où ? Château de Clapier, RN 96, 84210 Mirabeau ; 04 90 77 01 03.

Domaine Amédée, les Hautes Sentes – 2013
Un assemblage de 80% syrah et de grenache noir. Paroles d’experts : robe présentant une couleur rouge rubis ; un nez LES HAUTES SENTES ROUGEjeune s’ouvrant sur des fruits frais et une attaque suave en bouche ; ce vin présente une matière enrobée où l’on retrouve les arômes de fruits frais ainsi qu’une pointe de liqueur de cassis. Finale nette et fraîche. Et avec ça, on mange quoi ? À boire avec une brochette d’agneau et des aubergines poêlées. Il accompagnera aussi très bien des fromages. C’est cher ? 5 € la bouteille départ cave. C’est où ? Domaine de Marrenon, rue Amédée-Giniès à La Tour d’Aigues, 84210 Pertuis ; 04 90 07 40 65.

Puy des Arts, Dépendance 2010
Un assemblage de 90% syrah et 10 % de grenache. Paroles d’experts : une robe pourpre et rubis profond. Un nez Dependancede bourgeon de cassis, de poivre et d’épices. En bouche, ce vin laisse deviner des petits fruits rouges typique de la syrah, des notes d’épices, de réglisse, de griotte. Un vin tout en élégance fraîche, présentant des tanins fins. Et avec ça, on mange quoi ? À boire avec des volailles rustiques comme une pintade rôtie, des calamars en daube, des pennes à l’encre de seiche ou une côte de boeuf grillée. C’est cher ? 15 € la bouteille départ cave. C’est où ? Domaine Théric, Les Bessières, 84240 Ansouis ; 04 90 09 81 76.

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.