Restaurants en Provence

Chez Roger, avec vue sur la Bonne Mère

salade de poulpesL’endroit ne paie pas de mine et s’apparente à un estaminet campé sur le quai du Port. En hiver, sur la terrasse, une belle banque réfrigérée regorge de coquillages ; en été, ce sont les tables et parasols qui ont pris sa place mais l’offre en coquillages demeure et c’est tout l’intérêt de l’endroit. Bulots, huîtres (gillardeau, bouzigues, isigny, marennes), moules crevettes… les plateaux remplis de glace défilent et les amateurs en profitent. Un peu de beurre, une savoureuse mayo, le plaisir est complet. La carte est riche de tartares (saumon ou thon) facturés 18 €. Pour bien faire, demandez au patron un peu de sauce soja dont vous arrosereztartare de chez Roger généreusement votre assiette, histoire de personnaliser votre assaisonnement.  Le service est agréable et sans prétention, assuré par le fils du patron, deux jeunes filles et tout ce joli petit monde va et vient sans grands éclats de voix. Un sanbitter à l’apéro, une salade de poulpes à partager à deux, un tartare et une très onctueuse glace au yaourt. L’ensemble est harmonieux, le repas conforme à l’offre. Hier vendredi, quelques visages connus du Tout-Marseille déjeunaient là, signe que l’adresse rassemble de plus en plus de notables en mal de calme et de simplicité. Au fil des mois, la carte de Roger, réduite à sa plus simple expression, se taille une réputation certaine. Une sérieuse concurrence pour Toinou qui, du haut de son cours Belsunce, peine à convaincre avec sa nouvelle formule self-service et qui ne jouit pas du même emplacement… loin de là.

Chez Roger, 28, quai Port, Marseille 2e arr. ; résas au 04 91 90 60 16. Comptez 25-30 € par tête.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.