Restaurants en Provence

Chez Roger, avec vue sur la Bonne Mère

salade de poulpesL’endroit ne paie pas de mine et s’apparente à un estaminet campé sur le quai du Port. En hiver, sur la terrasse, une belle banque réfrigérée regorge de coquillages ; en été, ce sont les tables et parasols qui ont pris sa place mais l’offre en coquillages demeure et c’est tout l’intérêt de l’endroit. Bulots, huîtres (gillardeau, bouzigues, isigny, marennes), moules crevettes… les plateaux remplis de glace défilent et les amateurs en profitent. Un peu de beurre, une savoureuse mayo, le plaisir est complet. La carte est riche de tartares (saumon ou thon) facturés 18 €. Pour bien faire, demandez au patron un peu de sauce soja dont vous arrosereztartare de chez Roger généreusement votre assiette, histoire de personnaliser votre assaisonnement.  Le service est agréable et sans prétention, assuré par le fils du patron, deux jeunes filles et tout ce joli petit monde va et vient sans grands éclats de voix. Un sanbitter à l’apéro, une salade de poulpes à partager à deux, un tartare et une très onctueuse glace au yaourt. L’ensemble est harmonieux, le repas conforme à l’offre. Hier vendredi, quelques visages connus du Tout-Marseille déjeunaient là, signe que l’adresse rassemble de plus en plus de notables en mal de calme et de simplicité. Au fil des mois, la carte de Roger, réduite à sa plus simple expression, se taille une réputation certaine. Une sérieuse concurrence pour Toinou qui, du haut de son cours Belsunce, peine à convaincre avec sa nouvelle formule self-service et qui ne jouit pas du même emplacement… loin de là.

Chez Roger, 28, quai Port, Marseille 2e arr. ; résas au 04 91 90 60 16. Comptez 25-30 € par tête.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).