Magazine

Christian Mellon fête les 7 ans de Borderline ce week-end !

Christian Mellon

C’est au 1, rue d’Endoume que Christian Mellon a établi son “Repaire”, une poissonnerie aux faux airs de petit bar à l’ambiance détendue, un rendez-vous pour dégustateurs de produits iodés patentés. Accoudé au comptoir, se rafraîchissant en sirotant un sirop tout en écoutant un remix de “Le vent nous portera” de Noir Désir, Christian Mellon cultive la “peinard attitude”. Ce lieu paisible est l’un des avant-postes de cet autodidacte, papa de Lilou et Gio, bringueur qui a érigé la fête en art de vivre. C’est donc dans son Repaire que ce grand gaillard de 42 ans reçoit et se confie.

Le nom de Christian Mellon est indissociable de Borderline, il est à l’origine avec ses compères de ce collectif délirant qui organise des soirées à Marseille et qui souffle sa septième bougie ce samedi 22 juillet sur le bateau l’Illienne. « Niveau programmation, nous avons deux groupes qui joueront en live : Pillow Talk et Tournedisque. Côté nourriture, nous servirons un Happy burger truffe. Bref, on veut que ce soit une soirée agréable pour tout le monde et, comme toujours, surtout pas prise de tête !”, raconte Christian Mellon jamais à court d’enthousiasme. Menant une vie à cent à l’heure, le quotidien de cet homme alterne entre délire et sérieux, boulot et fiesta. La journée s’égrène entre quelques rares moments privilégiés aux côtés de ses deux enfants, ses montages de playlists et la gestion des stocks de boissons pour les fameuses soirées Borderline.

Avant de lancer Borderline, j’ai eu plein de métiers différents, raconte-t-il. J’ai été acteur, footballeur, facteur et j’ai même été membre d’un groupe de rap du nom de Karkan. Et puis finalement en 2010 Borderline s’est lancé un peu tout seul. Ça s’est fait naturellement avec mon camarade Laurent Amar qui a quitté le groupe en 2012, poursuit Mellon. S’il fallait résumer, Borderline je dirais que c’est une histoire de copains. A l’école j’ai toujours été le bout-en-train de la classe, j’ai toujours travaillé avec des gens avec qui il avait un bon feeling. On est tous potes. On rigole ensemble et ça nous permet d’offrir un service de qualité à nos clients”. Le sourire est de rigueur au Repaire, bien sûr, mais également lors de tous les événements que Borderline a programmé tout au long de l’été. De quoi faire groover Marseille encore et encore dans des lieux tout à la fois insolites (à bord d’un bateau), décalés (une terrasse de musée), nouveaux (une piscine en lisière de pinède) avec tout plein d’happy people. « Ma philosophie se résume en une phrase : donne aux gens ce que tu es et ils t’offriront ce qu’ils sont”.

Axel Gède / photo A.G.

Le Repaire, 1, rue d’Endoume, Marseille 7e arr. ; infos au 06 09 52 99 33.
Apéros du bateau avec Borderline c’est ici.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter