Magazine

Pour Clément Higgins, cet été sera glacé !

Premières chaleurs et premiers bonheurs pour les amateurs de douceurs avec la perspective des desserts glacés qui se profile. Dans cette optique, Clément Higgins et Aurélie Poletto, fondateurs de la pâtisserie les Bricoleurs de Douceurs ont décidé d’élargir leur carte afin d’y ajouter des « parfaits revisités à la façon d’un magnum ». Parfum noisette, vanille, framboise, exotique, yaourt-citron… Chacun bâtonnet est enrobé par une coque en chocolat blanc ou au lait. « L’an dernier on a commencé à faire quelques glaces deux semaines avant notre fermeture estivale et elles ont eu beaucoup de succès. Cette année nous voulons plus exploiter cette idée qui semble plaire aux clients ». Mais le chef d’orchestre des Bricoleurs de Douceurs compte également sur cette chaude saison pour jongler avec les saveurs fruitées. Revisite du roulé à la fraise, création d’un gâteaux à l’abricot, aux amandes et à la fleur d’oranger… L’été de Clément Higgins s’annonce sucré et acidulé.

202 chemin du vallon de l’Oriol, Marseille 7e ; infos au 09 86 35 23 92.

Clément HigginsLe principal trait de votre caractère ?
Angoissé. Je me mets beaucoup de pression par rapport à mon travail.

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?
Leur bienveillance.

Votre occupation préférée ?
J’aime beaucoup faire du bodyboard.

Ce qui vous différencie des autres pâtissiers ?
L’amour que je donne dans les gâteaux. Ce n’est pas contre eux que je dis ça mais je pense tout le temps à mon travail et à mes pâtisseries.

Votre rêve du bonheur ?
Faire des gâteaux sans devoir penser aux dépenses et aux coûts de l’entreprise.

Votre plus grande fierté ?
Avoir réussi avec l’aide de ma compagne Aurélie à construire notre vie professionnelle et notre vie de famille.

Quel serait votre plus grand malheur ?
Devoir changer de métier.

Votre plus grande déception ?
Je n’ai pas vraiment eu de grande déception, mais la plus récente est de ne pas avoir réussi à me qualifier au concours du Meilleur pâtissier.

La couleur que vous préférez ?
Le bleu.

Mes héros de fiction préférés ?
Je me reconnais beaucoup dans Jon Snow de « Game of Thrones ». Un personnage très torturé du fait de ses obligations. Il veut faire le bien tout autour de lui.

Votre compositeur préféré ?
Renaud. Je trouve ce personnage fascinant.

Vos héros dans la vie réelle ?
J’admire le travail de plusieurs grands pâtissiers comme Philippe Conticini, Claire Damon ou encore Jacques Genin car ils ont du succès sans avoir à se travestir.

Ce que vous détestez par-dessus tout ?
La lâcheté, c’est le pire des défauts.

Avez-vous une devise ?
Amour, passion, respect. C’est ce qui est nécessaire dans la pâtisserie.

Recueilli par Axel Gède / photo A.G.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter