Magazine

Bricoleur de Douceurs installe sa pâtisserie entre Roucas Blanc et Corniche

bricoleur de douceurs Higgins PolettoIls s’appellent Aurélie Poletto et Clément Higgins mais ils sont (beaucoup) plus connus sous le nom de Bricoleur de Douceurs. Depuis quelques mois, ce duo à la ville comme dans la vie, suscite tous les émois sucrés avec une gamme de pâtisseries atypiques et terriblement sensuelles (lire ici). Porté par le succès, le jeune couple annonce l’ouverture d’ici quelques semaines d’une nouvelle pâtisserie au 202, chemin du Vallon de l’Oriol à Marseille (7e arr). Les rumeurs couraient sur une ouverture à Endoume mais le Grand Pastis en a appris beaucoup plus et bien plus précisément : « A ce jour, le bail est signé », annonce Clément Higgins. Les locaux, une centaine de mètres carrés, se situent à un jet de pierre de la corniche Kennedy dans ce que les locaux appellent « la montée du Roucas Blanc » à côté de l’église. Les travaux débuteront le lundi 26 octobre et il faudra compter environ 3 semaines pour le laboratoire et de 4 à 5 semaines pour la boutique : « On voulait une adresse de quartier, on l’a trouvée », précise Aurélie Poletto. « Nous espérons ouvrir pour le 15 décembre, c’est une période décisive pour la profession » complète Clément. L’espace se divisera en deux zones : un labo de 65 m2 et une boutique de 30 m2 environ. Pour le Bricoleur de Douceurs, né le 20 avril 2014, il s’agit d’une étape importante qui scelle l’essor de ces deux jeunes bourrés de talent. Et il paraît que dans le quartier, on piaffe déjà d’impatience…

Photo Maxime Besse – www.maximebesse.com

4 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.