Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

Magazine

Coronavirus, les secteurs de l’hôtellerie-restauration résistent… et s’inquiètent

Ce qui est encore une rumeur sera officiel dans quelques jours : le prochain festival de Cannes sera envisagé à minima cette année. La jauge du grand auditorium du palais des festivals comptant peu ou prou 1 800 personnes divisera sa capacité par deux avec la fermeture du premier balcon. Effets du Coronavirus oblige, chaque jour qui passe déverse son lot d’annulations et reports dans un secteur heurté par le coup de frein économique aussi puissant que traumatisant qu’induit la pandémie.

coronavirus« En ce moment, mieux vaut organiser des petits événements avec peu de monde et sans vedette, ce sont les seuls qui résistent, relève Noëlle Réal attachée de presse à Avignon. Tous les hôtels qui accueillent des séminaires reportent à tout va les rendez-vous à la rentrée mais il n’y aura pas de place pour tout le monde et il y aura forcément de la casse et de grosses pertes d’argent » avance cette communicante spécialisée dans l’hôtellerie-restauration. « Tout ce qui touche plus de 1 000 personnes est impacté, complète Nathalie Carot, attachée de presse qui s’est vue contrainte d’annoncer le report au mois d’octobre prochain du salon de la pâtisserie qui devait se tenir à Arles en avril. Pour nous qui travaillons en relations presse, on arrive à faire le dos rond en revanche c’est une catastrophe pour les agences d’événementiel », se désole Nathalie Carot.

A Paris, au sein du Figaro, on fait grise mine : « Toutes les campagnes publicitaires prévues ce mois-ci sont reportées au mois de mai, confie un membre de la régie du quotidien sous le sceau de l’anonymat. Il y a un report de cash difficile à supporter mais gérable, il ne faut surtout pas que la situation s’enlise ». A Marseille, le Savim, salon de la gastronomie, édition de printemps est reporté pour cause, là encore, de Coronavirus : « Il durera quatre jours comme prévu mais au mois de mai, la deuxième quinzaine vraisemblablement, assure son organisateur Philippe Colonna. Mais comme les choses changent tous les jours, je ne peux en dire plus… C’est générateur de stress ».
Il en va de même dans le secteur du vin : le syndicat des côtes de provence (CIVP) a pris sa décision lundi 9 mars après -midi : « Devant les difficultés accrues d’organisation et les risques d’annulation des visiteurs, le salon professionnel Air Provence, prévu les 6 et 7 avril, est annulé » a-t-il été annoncé dans un communiqué. A Châteauneuf-du-Pape, le salon des vins « les Printemps de Châteauneuf-du-Pape » qui devait se tenir les 3, 4 et 5 avril est reporté aux 12, 13 et 14 juin.

Tous les jours, les annonces de report ou d’annulation des grands événements liés à la gastronomie s’enchaînent. Les campagnes de publicité dans les médias sont à l’arrêt, les hôtels et restaurants encaissent les annulations. Pour l’heure le secteur fait le dos rond et met en place des modèles pour survivre au Coronavirus mais « il faut être franc, on peut tenir un mois comme ça, ensuite, nous n’aurons plus de trésorerie » prévient un acteur influent du secteur. Tenir tête aux effets du Coronavirus pendant un mois. Après, on verra.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.