Magazine

Coronavirus, les secteurs de l’hôtellerie-restauration résistent… et s’inquiètent

Ce qui est encore une rumeur sera officiel dans quelques jours : le prochain festival de Cannes sera envisagé à minima cette année. La jauge du grand auditorium du palais des festivals comptant peu ou prou 1 800 personnes divisera sa capacité par deux avec la fermeture du premier balcon. Effets du Coronavirus oblige, chaque jour qui passe déverse son lot d’annulations et reports dans un secteur heurté par le coup de frein économique aussi puissant que traumatisant qu’induit la pandémie.

coronavirus“En ce moment, mieux vaut organiser des petits événements avec peu de monde et sans vedette, ce sont les seuls qui résistent, relève Noëlle Réal attachée de presse à Avignon. Tous les hôtels qui accueillent des séminaires reportent à tout va les rendez-vous à la rentrée mais il n’y aura pas de place pour tout le monde et il y aura forcément de la casse et de grosses pertes d’argent” avance cette communicante spécialisée dans l’hôtellerie-restauration. “Tout ce qui touche plus de 1 000 personnes est impacté, complète Nathalie Carot, attachée de presse qui s’est vue contrainte d’annoncer le report au mois d’octobre prochain du salon de la pâtisserie qui devait se tenir à Arles en avril. Pour nous qui travaillons en relations presse, on arrive à faire le dos rond en revanche c’est une catastrophe pour les agences d’événementiel”, se désole Nathalie Carot.

A Paris, au sein du Figaro, on fait grise mine : “Toutes les campagnes publicitaires prévues ce mois-ci sont reportées au mois de mai, confie un membre de la régie du quotidien sous le sceau de l’anonymat. Il y a un report de cash difficile à supporter mais gérable, il ne faut surtout pas que la situation s’enlise”. A Marseille, le Savim, salon de la gastronomie, édition de printemps est reporté pour cause, là encore, de Coronavirus : “Il durera quatre jours comme prévu mais au mois de mai, la deuxième quinzaine vraisemblablement, assure son organisateur Philippe Colonna. Mais comme les choses changent tous les jours, je ne peux en dire plus… C’est générateur de stress”.
Il en va de même dans le secteur du vin : le syndicat des côtes de provence (CIVP) a pris sa décision lundi 9 mars après -midi : “Devant les difficultés accrues d’organisation et les risques d’annulation des visiteurs, le salon professionnel Air Provence, prévu les 6 et 7 avril, est annulé” a-t-il été annoncé dans un communiqué. A Châteauneuf-du-Pape, le salon des vins “les Printemps de Châteauneuf-du-Pape” qui devait se tenir les 3, 4 et 5 avril est reporté aux 12, 13 et 14 juin.

Tous les jours, les annonces de report ou d’annulation des grands événements liés à la gastronomie s’enchaînent. Les campagnes de publicité dans les médias sont à l’arrêt, les hôtels et restaurants encaissent les annulations. Pour l’heure le secteur fait le dos rond et met en place des modèles pour survivre au Coronavirus mais “il faut être franc, on peut tenir un mois comme ça, ensuite, nous n’aurons plus de trésorerie” prévient un acteur influent du secteur. Tenir tête aux effets du Coronavirus pendant un mois. Après, on verra.

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.