Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
Magazine

Coronavirus, les secteurs de l’hôtellerie-restauration résistent… et s’inquiètent

Ce qui est encore une rumeur sera officiel dans quelques jours : le prochain festival de Cannes sera envisagé à minima cette année. La jauge du grand auditorium du palais des festivals comptant peu ou prou 1 800 personnes divisera sa capacité par deux avec la fermeture du premier balcon. Effets du Coronavirus oblige, chaque jour qui passe déverse son lot d’annulations et reports dans un secteur heurté par le coup de frein économique aussi puissant que traumatisant qu’induit la pandémie.

coronavirus« En ce moment, mieux vaut organiser des petits événements avec peu de monde et sans vedette, ce sont les seuls qui résistent, relève Noëlle Réal attachée de presse à Avignon. Tous les hôtels qui accueillent des séminaires reportent à tout va les rendez-vous à la rentrée mais il n’y aura pas de place pour tout le monde et il y aura forcément de la casse et de grosses pertes d’argent » avance cette communicante spécialisée dans l’hôtellerie-restauration. « Tout ce qui touche plus de 1 000 personnes est impacté, complète Nathalie Carot, attachée de presse qui s’est vue contrainte d’annoncer le report au mois d’octobre prochain du salon de la pâtisserie qui devait se tenir à Arles en avril. Pour nous qui travaillons en relations presse, on arrive à faire le dos rond en revanche c’est une catastrophe pour les agences d’événementiel », se désole Nathalie Carot.

A Paris, au sein du Figaro, on fait grise mine : « Toutes les campagnes publicitaires prévues ce mois-ci sont reportées au mois de mai, confie un membre de la régie du quotidien sous le sceau de l’anonymat. Il y a un report de cash difficile à supporter mais gérable, il ne faut surtout pas que la situation s’enlise ». A Marseille, le Savim, salon de la gastronomie, édition de printemps est reporté pour cause, là encore, de Coronavirus : « Il durera quatre jours comme prévu mais au mois de mai, la deuxième quinzaine vraisemblablement, assure son organisateur Philippe Colonna. Mais comme les choses changent tous les jours, je ne peux en dire plus… C’est générateur de stress ».
Il en va de même dans le secteur du vin : le syndicat des côtes de provence (CIVP) a pris sa décision lundi 9 mars après -midi : « Devant les difficultés accrues d’organisation et les risques d’annulation des visiteurs, le salon professionnel Air Provence, prévu les 6 et 7 avril, est annulé » a-t-il été annoncé dans un communiqué. A Châteauneuf-du-Pape, le salon des vins « les Printemps de Châteauneuf-du-Pape » qui devait se tenir les 3, 4 et 5 avril est reporté aux 12, 13 et 14 juin.

Tous les jours, les annonces de report ou d’annulation des grands événements liés à la gastronomie s’enchaînent. Les campagnes de publicité dans les médias sont à l’arrêt, les hôtels et restaurants encaissent les annulations. Pour l’heure le secteur fait le dos rond et met en place des modèles pour survivre au Coronavirus mais « il faut être franc, on peut tenir un mois comme ça, ensuite, nous n’aurons plus de trésorerie » prévient un acteur influent du secteur. Tenir tête aux effets du Coronavirus pendant un mois. Après, on verra.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.