Mes recettes

Crème brûlée au livarot, poires et noisettes

livarotPréparation : 20 min / Cuisson : 20 min

Votre marché pour 4 personnes : 200 grammes de livarot de la fromagerie normande E. Graindorge ; 20 cl de crème fraîche ; 2 oignons ; 3 jaunes d’œuf ; 50 grammes de pain d’épice ; 1 poire et 30 g de noisettes décortiquées.

On y va : Pelez et taillez en très fines lamelles les oignons. Faites de même avec la poire. Emiettez le pain d’épice. Dans une casserole, versez une cuillère à soupe d’huile de noisette, jetez-y les oignons émincés, la poire, les miettes de pain d’épice et laissez compoter à feu très doux une trentaine de minutes. Pendant ce temps, réunissez les noisettes dans un torchon et battez-les au rouleau à pâtisserie pour les concasser grossièrement. Enlevez la croûte du livarot et détaillez le fromage en cubes. Faites chauffer la crème fraîche avec le livarot. Salez, poivrez, ajoutez 3 jaunes d’œuf et mélangez avec soin. Versez la compotée d’oignons dans les ramequins et recouvrez de la préparation chaude au livarot. Remplir le fond d’une lèche-frite allant au four avec de l’eau bouillante, disposez les ramequins et enfournez à 120°C pendant 30 minutes. Parsemez le dessus des ramequins de noisettes concassées et grillées. Il n’y a plus qu’à déguster.

Bon à savoir : le livarot est un fromage normand qui porte le nom de son village d’origine. La reconnaissance de ce fromage en AOC en 1975 a permis de le sauver du déclin et de la disparition ; son regain de popularité a permis de faire passer sa production 500 à 1 310 tonnes à l’aube des années 2000.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter