Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

Magazine

La Danse des Sonnailles, du béton au Verdon

danse des sonnailles

Beaucoup en rêvent. Pauline Gervais et Adrien Bukowski l’ont fait. Le couple, respectivement 36 et 34 ans, vient de s’installer à Moustiers Sainte-Marie, petit village faïencier des gorges du Verdon en lisière du lac de Sainte-Croix. Le duo a quitté le béton marseillais avec précipitation en fin d’année dernière, bien plus vite que prévu, pour renouer avec une vie, sinon paysanne, au moins d’éleveurs. « Le rêve est né en 2014, se remémore Pauline. On venait d’intégrer une Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne, NDLR) à Roquevaire, et on savait que tôt ou tard on bifurquerait vers la nature, les collines et les animaux… C’est quelque chose qui nous appelait ». Danse des Sonnailles

Originaires du Nord Pas-de-Calais, Pauline Gervais et Adrien Bukowski sont venus vivre à Marseille, il y a une douzaine d’années. Elle, titulaire d’un master en médiation culturelle de l’art, et lui, employé de la Carsat, en charge des salaires. « Au bout de 4 ou 5 ans, Adrien tournait en rond et a entamé une formation cinéma ; moi, je donnais des cours de français et de littérature en école préparatoire, raconte Pauline. Adrien a fait quantité de documentaires sur les milieux naturels, les animaux et ce travail en extérieur, au plus près du vivant, il adorait ça ».
Très vite Adrien Bukowski se rapproche d’une éleveuse à Trets et travaille chez elle bénévolement pendant un an. Pauline le rejoint de temps à autres et tous deux se lient d’amitié avec cette Tretsoise. L’harmonie s’installe entre le jeune couple et le troupeau de chèvres qu’il faut nourrir, soigner, sortir et traire : – Tout ce qu’on faisait prenait sens » constate Pauline…

danse des sonnailles

« Il y a un réel intérêt pour l’entretien des collines et un retour à la gestion naturelle du territoire »

Pauline Gervais et Adrien Bukowski, la Danse des Sonnailles

A son tour, Pauline entame une formation au CFPPA de Carmejane près de Digne qui délivre une formation en 9 mois pour l’élevage caprin et la transformation fromagère laitière. Le jeune couple projetait de s’installer dans les Bouches-du-Rhône et de rejoindre la petite famille des producteurs de brousses du Rove mais les élections municipales et la pandémie Covid auront raison de ce plan. En juillet 2020, un appel du parc naturel régional du Verdon est lancé pour succéder à Julie Ledoux et Benoît Payot dans la gestion d’une ferme caprine . Illico presto, Pauline et Adrien constituent un dossier, rencontrent un jury et, le 15 octobre 2020, sont sélectionnés pour aller vivre à la Ferme caprine pédagogique du parc du Verdon. La Danse des Sonnailles peut commencer.

Outre l’indispensable dynamisme des locataires de la ferme, le projet prévoit de livrer des terres qui s’embroussaillent à des chèvres qui le nettoieront permettant de faire revenir la biodiversité. Le couple devra conduire un troupeau de 40 têtes, des chèvres communes provençales, une espèce menacée. Le dossier mentionnait le caractère bio et la vocation pédagogique de ladite ferme destinée à accueillir des enfants, des groupes et du public pour renouer les liens avec le monde rural. « Immédiatement, l’équipe du parc a été très accueillante » relève le jeune couple qui a, pour zone de pâturages, toute les terres de la commune de Moustiers.
A la fin du mois de février, les chèvres mettront bas et le lancement de la saison des fromages suivra : – Nous essaierons de passer à une traite par jour au lieu de deux et allons tenter de valoriser au mieux les collines qu’on pâture pour éviter d’acheter, autant que faire se peut, du fourrage », dit Pauline, fière de leurs premières amitiés avec des bergers locaux. Une nouvelle vie commence.

La Danse des Sonnailles, retrouvez Pauline et Adrien sur le marché de Moustiers dès la fin mars-début avril chaque vendredi matin. Samedi 24 avril, ils inaugureront leur espace de vente à la ferme qui sera ouvert au public du samedi au mercredi, de 10h à 12 heures. Ferme caprine pédagogique du parc du Verdon, 04135 Moustiers-Sainte-Marie.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.