Magazine

La Danse des Sonnailles, du béton au Verdon

danse des sonnailles

Beaucoup en rêvent. Pauline Gervais et Adrien Bukowski l’ont fait. Le couple, respectivement 36 et 34 ans, vient de s’installer à Moustiers Sainte-Marie, petit village faïencier des gorges du Verdon en lisière du lac de Sainte-Croix. Le duo a quitté le béton marseillais avec précipitation en fin d’année dernière, bien plus vite que prévu, pour renouer avec une vie, sinon paysanne, au moins d’éleveurs. « Le rêve est né en 2014, se remémore Pauline. On venait d’intégrer une Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne, NDLR) à Roquevaire, et on savait que tôt ou tard on bifurquerait vers la nature, les collines et les animaux… C’est quelque chose qui nous appelait ». Danse des Sonnailles

Originaires du Nord Pas-de-Calais, Pauline Gervais et Adrien Bukowski sont venus vivre à Marseille, il y a une douzaine d’années. Elle, titulaire d’un master en médiation culturelle de l’art, et lui, employé de la Carsat, en charge des salaires. « Au bout de 4 ou 5 ans, Adrien tournait en rond et a entamé une formation cinéma ; moi, je donnais des cours de français et de littérature en école préparatoire, raconte Pauline. Adrien a fait quantité de documentaires sur les milieux naturels, les animaux et ce travail en extérieur, au plus près du vivant, il adorait ça ».
Très vite Adrien Bukowski se rapproche d’une éleveuse à Trets et travaille chez elle bénévolement pendant un an. Pauline le rejoint de temps à autres et tous deux se lient d’amitié avec cette Tretsoise. L’harmonie s’installe entre le jeune couple et le troupeau de chèvres qu’il faut nourrir, soigner, sortir et traire : – Tout ce qu’on faisait prenait sens » constate Pauline…

danse des sonnailles

« Il y a un réel intérêt pour l’entretien des collines et un retour à la gestion naturelle du territoire »

Pauline Gervais et Adrien Bukowski, la Danse des Sonnailles

A son tour, Pauline entame une formation au CFPPA de Carmejane près de Digne qui délivre une formation en 9 mois pour l’élevage caprin et la transformation fromagère laitière. Le jeune couple projetait de s’installer dans les Bouches-du-Rhône et de rejoindre la petite famille des producteurs de brousses du Rove mais les élections municipales et la pandémie Covid auront raison de ce plan. En juillet 2020, un appel du parc naturel régional du Verdon est lancé pour succéder à Julie Ledoux et Benoît Payot dans la gestion d’une ferme caprine . Illico presto, Pauline et Adrien constituent un dossier, rencontrent un jury et, le 15 octobre 2020, sont sélectionnés pour aller vivre à la Ferme caprine pédagogique du parc du Verdon. La Danse des Sonnailles peut commencer.

Outre l’indispensable dynamisme des locataires de la ferme, le projet prévoit de livrer des terres qui s’embroussaillent à des chèvres qui le nettoieront permettant de faire revenir la biodiversité. Le couple devra conduire un troupeau de 40 têtes, des chèvres communes provençales, une espèce menacée. Le dossier mentionnait le caractère bio et la vocation pédagogique de ladite ferme destinée à accueillir des enfants, des groupes et du public pour renouer les liens avec le monde rural. « Immédiatement, l’équipe du parc a été très accueillante » relève le jeune couple qui a, pour zone de pâturages, toute les terres de la commune de Moustiers.
A la fin du mois de février, les chèvres mettront bas et le lancement de la saison des fromages suivra : – Nous essaierons de passer à une traite par jour au lieu de deux et allons tenter de valoriser au mieux les collines qu’on pâture pour éviter d’acheter, autant que faire se peut, du fourrage », dit Pauline, fière de leurs premières amitiés avec des bergers locaux. Une nouvelle vie commence.

La Danse des Sonnailles, retrouvez Pauline et Adrien sur le marché de Moustiers dès la fin mars-début avril chaque vendredi matin. Samedi 24 avril, ils inaugureront leur espace de vente à la ferme qui sera ouvert au public du samedi au mercredi, de 10h à 12 heures. Ferme caprine pédagogique du parc du Verdon, 04135 Moustiers-Sainte-Marie.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.