Vins rosés, vins d'été

iKon rosé 2016, le vin icône d’Enzo Fayard

Enzo FayardA l’orée de l’an 1000, les moines de l’abbaye de Saint-Victor avaient choisi ce terroir argilo-calcaire pour y produire du vin. Quelque 999 années plus tard, le jeune Enzo Fayard, 21 ans à peine, rachetait le domaine, depuis baptisé Hermitage Saint-Martin. Une continuité presqu’évidente en dépit de l’incroyable jeune âge de l’acheteur, fils de vignerons émérites, Jean-Pierre et Brigitte Fayard, propriétaires du château Sainte-Marguerite. Revenons-en au château Hermitage Saint-Martin, un vignoble en forme de cirque protégé par une armée de pins maritimes et d’oliviers, au bout d’un chemin perdu. Sur 17 hectares en appellation Côtes-de-Provence, on pratique l’agriculture biologique. Aux termes de volumes et quantités, Enzo préfère ceux d’agriculture à taille humaine, faite pour donner du plaisir et provoquer l’émotion. Sur ce terroir de Cuers, chaque parcelle est cultivée avec exigence, on vendange de nuit, les jus sont choyés et embouteillés avec soin. La gamme iKon raconte la personnalité de ce vigneron bientôt quadra, généreux, au caractère bien trempé. C’est un vin de bon vivant, un rosé gouleyant fruit d’un assemblage grenache-cinsault aux proportions variables au fil des  millésimes. Ses arômes appuyés en font un vin d’apéritif classieux ; il accompagnera également les crustacés (homard, langouste) et les plats puissants comme la bouillabaisse. On le servira à 10°C sur des mets issus du répertoire gastronomique provençal, du tian d’aubergines à la ratatouille en passant par les beignets de fleurs d’aubergine.

Château Hermitage Saint-Martin, 83390 Cuers. Cuvée Ikon, rosé 2016, de 18 € les 75 cl chez les cavistes. Infos au 04 94 00 44 44.

[Du bio au vegan]

Les vins d’Enzo Fayard portent tous la même signature identifiable, basée sur une solide connaissance de la tradition associée à l’envie de vivre son époque. Le vigneron a fait le choix de se tourner vers l’agriculture biologique en 2003, puis de produire des vins « Vegan » en 2015, garantis sans intrants d’origine animale. Car saviez-vous qu’on utilise le blanc d’oeuf, la caséine de lait ou encore la gélatine fabriquée à base de porc ou de p o i s s o n dans l’élaboration du vin ? Autant de produits traditionnellement utilisés lors du collage, opération qui permet de clarifier le vin. Pour cet étape, qui intervient avant la mise en bouteille, Enzo Fayard préfère la protéine de pois, remplaçant ainsi les gélatines.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu, vite su

chicoulon Chicoulon descend dans la rue Edouard Mireur et toute l’équipe du Chicoulon font sauter les bouchons le 21 novembre prochain. La rue Grignan sera fermée à la circulation auto de l’angle de la rue Breteuil jusqu’à la place Lulli. De 19 heures à 23 heures, dans un décor de bottes de pailles, guirlande guinguette et petites tables renouant avec l’ambiance place de village, un DJ fera monter le son… Trois beaujolais rouges d’appellation (un fleurie, un chiroubles et un morgon) un un beaujolais blanc contribueront à l’ambiance. “Ce sera la fête du beaujolais, on va faire bouger le centre-ville”, assure Edouard qui, pour la soirée, a demandé à tomy de préparer des planches et cornets de charcuteries et fromages. Comptez 20€ la bouteille, 5 et 10 € les fromages et charcuteries. Pour toute info, cliquer ici.

Pierre Onde Pierre Onde au restaurant du Novotel Avignon centre Depuis le mois de juillet dernier, date de son arrivée, le jeune cuisinier de 37 ans conduit une brigade de 8 personnes avec l’ambition de hisser la table du Patio au meilleur niveau et l’espoir d’entrer dans les guides gastronomiques. Pour y parvenir, Pierre Onde a revu son panel de fournisseurs pour être au plus près des produits locaux et de saison (poissons de Méditerranée, agneaux des Alpilles, porcs du Ventoux et fruits et légumes du Vaucluse). Très influencé par les cuisines provençale et corse, Pierre Onde a repensé la carte en mode cuisine méditerranéenne et bistronomique. La carte des vins, elle aussi, est désormais très marquée par les grandes appellations de la vallée du Rhône. Fleurs de courgette farcies, thon snacké, gibier en automne… le chef, issu de l’école hôtelière d’Avignon a fait ses armes auprès des frères Jacques et Laurent Pourcel avant de rejoindre le Cloître Saint-Louis. L’année qui commence sera décisive. Restaurant le Patio, Novotel Avignon centre, 20, bd Saint Roch ; infos au 04 32 74 70 22.