Restaurants en Provence

L’Epi 1959, la célèbre plage de Pampelonne fête ses 60 ans

Epi 1959L’Epi souffle ses 60 bougies. L’adresse fondée par le noctambule parisien Jean Castel en 1959 alimentera la chronique des plages de Pampelonne cet été encore. Pour fêter l’événement comme il se doit, l’Epi 1959 a beaucoup travaillé son offre gastronomique mettant en scène deux concepts pour une clientèle avide de sensationnel. Cet été sera donc celui de l’arrivée en France d’une table d’inspiration asiatique à l’enseigne de Chotto Matte. Mêlant les cuisines et produits du Pérou et du Japon, ce concept de cuisine fusion déjà présent à Londres, Miami et Toronto a choisi les rivages varois pour son implantation hexagonale. La carte met en exergue les saveurs de la cuisine Nikkei en jouant sur la puissance des assaisonnements et la subtilité du cru. Partageant les cultures du poisson, les cuisines nippones et péruviennes sanctifient le poisson cru qui se taille, ici, la part du lion.

Depuis son ouverture dans les années soixante, par l’industriel Albert Debarge et le noctambule Jean Castel, l’Epi connaît un réel engouement. Eté 1959 : de Paris à Saint-Tropez, le Tout-Paris parle de l’Epi Plage. Pampelonne est devenue le lieu de villégiature plébiscité des célébrités, de Sacha Distel à Audrey Hepburn. Au cœur du phénomène, un hôtel de luxe, aujourd’hui renommé EPI 1959.
Les thuriféraires de cuisine méridionale seront heureux de retrouver, à Saint-Tropez, les frères Julien et David Sordello. Les deux hommes ont quitté le Bacon, table familiale qui avait fait la réputation de leur famille depuis le début des années 1950, soit trois générations, au Cap d’Antibes. Les voici tropéziens pour la saison avec une carte faisant la part belle aux grands classiques du genre :  loup de ligne, saint-pierre, pageot, denti et turbot sont grillés au fenouil, en papillote ou traités vapeur ; la pissaladière niçoise voisine avec une milanaise extra-fine et des penne tomate-pesto comme on les cuisine au Belmond hotel Splendido, le palace de Portofino.

La bouillabaisse comme il se doit
Les Sordello resteront dans les mémoires pour leur langouste à la braise sauce corail, leur chapon à la provençale et, surtout, pour la bouillabaisse. Elle est proposée ici avec un bouillon dense aux notes calcaires et chaudes en bouche. Il faut absolument frotter ses croûtons à l’ail avant de les coiffer d’un peu de rouille. On les plonge ensuite dans le bouillon pour imbiber le pain avant de s’en délecter. Les différents temps de cuisson des poissons ont été respectés, les chairs conservant toute leur finesse et leur attrait.
Les tartes minute aux framboises ou fraises des bois sont convenables mais c’est le moelleux au chocolat “Sordello” qui mérite toute votre attention, intense au chocolat noir à 70%, coeur coulant et chapeau façon craquelin souple et craquant. Une merveille.

Alors faut-il y aller ? Oui car l’Epi 1959, comme il convient de l’appeler désormais, a transposé les codes du palace sur une plage. 10 bungalows, 2 piscines d’eau douce et salée, deux courts de tennis, une salle de fitness… le spot idéal pour se refaire une santé et un moral d’acier cet été. Oui car la table des Sordello incarne sans les trahir les valeurs méridionales ambassadrices d’un art de vivre “bien de chez nous”. Oui enfin pour le dévouement et la sympathie du personnel, enjoué et plein d’humour qui contribue largement à la fête ambiante.

L’Epi 1959, 1128, route de l’Épi, 83350 Ramatuelle. Infos au 04 94 56 82 67.
Restaurant Suna-Chotto Matte : de 70 à 120 €
Restaurant Sordello : de 60 à 160 € hors boisson
Ouvert midi et soir, de 12h à 16h et de 20h à Minuit, du lundi au dimanche, jusqu’au 15 septembre.

Juris food Le prochain déjeuner Juris food aura donc lieu le lundi 4 octobre et accueillera Aïcha Sif, adjointe au maire de Marseille en charge de lʼalimentation durable, de lʼagriculture urbaine, des terres agricoles, des relais nature et des fermes pédagogiques. Sébastien Barles, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l'adaptation au bouleversement climatique et de l’assemblée citoyenne du futur comptera également parmi les invités. Ils expliqueront préalablement au repas les politiques de la ville de Marseille en matière d'alimentation durable et de transition écologique. Pour des questions d'organisation, inscription obligatoire jusqu'au 29 septembre. Le déjeuner sera servi au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e, parking du Pharo).Paf : 29 € par personne, payable sur place par CB ou espèces (passe sanitaire obligatoire). Infos au 06 18 03 60 95.

Abonnez-vous à notre newsletter