Magazine

Fabricio Delgaudio arrive au Lavandou, « l’Empreinte by Fabricio » ouvre le 3 mars

Fabricio Delgaudio restaurant LavandouFabricio Delgaudio arrive dans le Var ! En rachetant l’ancien restaurant étoilé de Christophe Petra, le Sud, Delgaudio, confirme son attachement à la Provence. Retour sur une histoire de passion et la rencontre entre un cuisinier et la côte varoise. Le 30 juin 2016, le plus provençal des cuisiniers brésiliens, vendait son restaurant, le Sanglier paresseux, dans le petit village de Caseneuve, dans le Vaucluse. « Je me suis mis en retrait pendant 6 mois, j’avais besoin de me remettre en question, de réfléchir à ma cuisine et à mon travail, raconte Delgaudio, 41 ans tout juste. Je voulais repartir de zéro et je sens qu’ici, il y a un très grand potentiel ». Le chef, natif de São Paulo, qui avait reçu un Bib gourmand dans le Vaucluse, rachète une maison pour laquelle Petra avait, en son temps, décroché l’étoile. L’affaire, vendue puis revendue, avait connu bien des évolutions avant de rester fermée plus d’un an. « Ici, je vais réaliser un rêve ; la cuisine est ouverte sur la salle, il y a un très beau piano et une rôtissoire à la façon Bocuse tournée vers les clients, détaille Fabricio Delgaudio qui poursuit : Je servirai une cuisine franche, transparente, ce sera ma force pour me présenter aux clients ».

Fabricio Delgaudio
Né le 26 janvier 1976 à São Paulo au Brésil, verseau
Qualité : j’adore les gens
Défaut : je n’aime pas le travail mal fait et les gens pas loyaux
Chef de référence : Yannick Alléno
Un resto pour sortir ? A Lyon, la Pyramide, la maison d’Edouard Loubet à Capelongue et chez Jean-Jacques Prévôt à Cavaillon, le Faventia du golf de Terre Blanche à Tourrettes.
Cinq années durant, Delgaudio a bénéficié d’un Bib gourmand pour son restaurant de Caseneuve mais il souhaitait « bouger » et cherchait un nouveau terrain d’expression au sens propre comme au sens figuré : « Je voulais déménager mais j’ai longtemps cherché un lieu où je pourrai me sentir à l’aise. J’ai eu cette opportunité dans le Var, une maison très bien équipée et en excellent état. Et surtout, en salle du bas comme au premier étage, toujours cette vue sur la mer ! ».
La broche a commencé à tourner, la carte annonce déjà les premiers plats : foie gras au chalumeau-lait truffé beurre monté, saint-jacques en croûte de piquillos polenta noire espuma de vitelote, crépinette de noir de bigorre noisettes du Piémont, tartelette passion et citron caviar en meringue ou lingot chocolat jivara caramel beurrre salé… « Le Var est un département de belle concurrence, je compte bien me saisir du lieu et proposer du bon et pas trop cher, explique le cuisinier. J’illustrerai ma vision de la gastronomie, généreuse dans les portions et, surtout, gourmande, il faut nourrir le client ».

Moins d’une année se sera écoulée entre le départ de Caseneuve et l’installation au Lavandou ; Fabricio Delgaudio s’apprête à écrire un nouveau chapitre de son histoire provençale le 3 mars prochain. Nul doute que celui-ci aura un goût de sel et d’iode à l’image du dos de maigre meunière et maki farci comme une paella bouillon corsé au chorizo. Bienvenue sur la côte chef !

L’Empreinte by Fabricio, avenue des Trois Dauphins, 83980, Le Lavandou ; 04 94 05 76 98.
Ouverture le 3 mars 2017 ; menu midi 39 € ; soir, 55 et 80€.

Photos Aline Gerard/CookandShoot

 

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter