Carnet de cave

Le gel de printemps ravage le vignoble la vallée du Rhône

gel de printemps
Les vgnobles de la vallée du Rhône ce sont 
• 66 571 hectares pour 2,7 millions d’hectolitres récoltés en 2020
• 327 millions de bouteilles commercialisées sur la campagne 2019/2020
• 1 580 Unités de production, dont 1 492 caves particulières et 88 caves coopératives
• 407 maisons de négoce, dont 246 négoces locaux et nationaux, 144 vinificateurs, 17 négoces étrangers
• 193 destinations dans le monde ont consommé des vins de la vallée du Rhône en 2020
• chaque seconde, 10 bouteilles de vins de la Vallée du Rhône sont dégustées dans le monde
La nuit de mercredi 7 à jeudi 8 avril 2021 a été particulièrement froide en vallée du Rhône comme dans une majorité de régions de France. Les températures relevées sont restées négatives malgré les mesures de protection mises en place dans les parcelles. Braseros et chandelles n’ont pas réussi à endiguer la vague de froid et le gel de printemps. Ce jeudi matin, toute la filière viticole rhodanienne s’est trouvée frappée de façon dramatique, certaines parcelles étant touchées à 100%.
Il est aujourd’hui trop tôt pour se prononcer sur l’étendue des dégâts. En effet, c’est dans les heures qui arrivent et les prochains jours que l’on pourra mesurer l’impact réel de ce gel de printemps sur le vignoble. Dans tous les cas, la récolte 2021 est déjà pour partie compromise. Cette nuit du 7 au 8 avril a été particulière difficile pour les vignerons qui ont dû allumer toute la nuit braseros, feux de pailles et bougies dans leurs vignes pour épargner les bourgeons déjà éclos. Les gelées n’ont épargné personne et toutes les AOC de la vallée du Rhône sont touchées sans
exception. Des températures négatives ont été relevées sur tout le territoire : de – 2 à – 5 degrés celsius en moyenne sur la grande majorité du vignoble et jusqu’à -9 degrés dans les vignobles du Diois et du Ventoux.

Philippe Pellaton, président d’Inter-Rhône s’est dit « particulièrement inquiet » des conséquences de « ce cataclysme sur la récolte 2021, dans un contexte déjà rendu compliqué par la situation sanitaire que nous connaissons depuis plus d’un an. Nous savons déjà que certains secteurs ont été touchés dans leur intégralité. Nous ne pourrons mesurer l’impact réel de cet épisode de gel que dans les prochaines 24 à 48 heures » s’inquiète Philippe Pellaton. « Je pense sincèrement à tous les vignerons durement atteints par cet épisode de gel sans précédent », a-t-il insisté lors d’un point presse tenu à Avignon à la maison des vins des côtes-du-Rhône.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.