Carnet de cave

Est-ce la fin des vins de Camargue ?

vins de Camargue

Pour le moment, on ne parle pas de guerre mais la pilule est amère et a du mal à passer… Jean-Claude Pellegrin, président de l’IGP Bouches-du-Rhône (Indication géographique protégée) est vent debout contre une menace : l’interdiction faite aux viticulteurs camarguais des Bouches-du-Rhône d’utiliser le terme « Terre de Camargue ». Explications.

Dès la création de l’IGP pays des Bouches-du-Rhône, les vignerons situés sur le territoire de la Camargue ont eu la possibilité de rajouter une dénomination géographique complémentaire à leurs vins permettant au consommateur d’identifier ce lieu de production à part : IGP Bouches-du-Rhône – Terre de Camargue. Jusque là tout est clair. De tout temps, la Camargue a toujours été rattachée au comté de Provence et se situe dans l’exact delta du Rhône, intégralement compris sur le département des Bouches-du-Rhône.
A ce jour, ce territoire concerne un potentiel de 600 hectares viticoles, tous situés au cœur du parc régional de Camargue avec lequel ils ont tissé des liens étroits. Les vignerons qui y travaillent s’engagent afin de préserver la biodiversité et le fragile équilibre de ce lieu unique en Europe. Les sols, même, composés d’argile, de sable, où le sel intervient, donnent des vins particuliers avec des identités propres.
A quelques lieues de là, l’IGP Sables de Camargue, située à 95% en Occitanie, est en voie d’obtention de l’Appellation d’origine protégée (AOP). Cependant, les méandres des réglementations européennes et nationales menacent de déposséder les vignerons du delta du Rhône de leur propre territoire. En effet, la réglementation interdit à une AOP et à une IGP d’utiliser les mêmes termes, ici le mot « Camargue ».

De Carolis s’en mêle…
« Interdire aux vignerons de Camargue d’utiliser la mention « Camargue » , c’est véritablement les déposséder tout à la fois de leur histoire, leur culture mais aussi des retombées économiques afférentes », argumente en outre Jean-Claude Pellegrin. L’ensemble des vignerons du syndicat des vins IGP des Bouches-du-Rhône s’élève donc contre ce non-sens juridique et refuse l’appropriation par les départements du Gard et de l’Hérault de l’utilisation du terme Camargue.
Du côté de la mairie d’Arles, on emboîte le pas de Pellegrin : – Cette situation est (…) paradoxale car (…) le terme de Camargue désigne, et cela depuis des siècles, l’île enserrée entre les deux bras du Rhône (le terme officiel de « l’île de Camargue » apparaissant dans un diplôme de 920 qui mentionne une église située « in insula camarigas »), avance Patrick de Carolis, premier magistrat de la commune. Il serait incohérent que cette mention ne puisse un jour plus être utilisée par I’lGP vins pays des Bouches-du-Rhône et que les Camarguais ne puissent plus se servir d’une appellation qui est avant tout la leur ».
Comment, en effet, pourrait-on se trouver dans une situation où le parc naturel régional de Camargue est dans le département des Bouches du
Rhône et où, les vignerons de cette même zone ne pourraient plus se prévaloir du lien à ce territoire ? C’est la question que soulèvent de concert  de Carolis et Pellegrin.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.