Carnet de cave

Castell-Reynoard, l’union sacrée du vignoble et du potager

Castell-Reynoard

Les uns parleront de vignoble comestible, les autres évoqueront un nouvel acroecosystème mais une chose est sûre : l’expérience conduite au sein même du domaine Castell-Reynoard à la Cadière d’Azur en appellera beaucoup d’autres. Julien Castell lance une expérience de vignoble comestible, « fruit d’une réflexion et d’une prise de conscience des actions négatives de l’Homme sur le vivant. J’ai souhaité installer des maraîchers dans les vignes afin de cultiver en symbiose et ainsi optimiser les parcelles » explique le vigneron qui ouvre ses portes aux pros de la restauration, ce lundi 10 mais 2021. Pour être clair, il s’agit de mêler le potager et la vigne sur la même terre afin que les vertus de certains végétaux profitent à d’autres. Ce cercle de « coopération » entre les légumes, les fruits et la vigne permet de supprimer les produits phytosanitaires tels les engrais, de bannir les insecticides et autres cochonneries qui perturbent la vie microbienne et le développement normal des insectes, indispensables à l’équilibre global.

« Grâce aux nouveaux partenariats noués en décembre 2020 avec Bruno Fournier puis Angélique et Jean-Marie, nous allons pouvoir produire une quantité plus sérieuse de fruits et légumes. Mais surtout une impressionnante  diversité, qui va sûrement faire émerger de nouvelles assiettes » explique Julien, à la tête du vignoble Castell-Reynoard depuis 2019. L’idée vise à attirer des cuisiniers en quête de produits sains pour pérenniser l’expérience et contribuer à son développement. D’où la journée portes ouvertes de ce lundi 10 mai 2021 qui présentera les maraîchers participant à cette aventure et permettra de visiter le vignoble. Sans oublier l’inauguration du jardin la Collection des chefs de Bruno, la présentation et dégustation des vins de la propriété et le marché de producteurs pour le déjeuner, animé par des membres du Collège Culinaire de France (Olivier Nesty pour les fromages, le maraîcher Bruno Cayron, les huîtres et moules de Tamaris de Jean-Christophe Giol et la boulangerie Aux Vieux Fours pour le pain).

Castell-Reynoard, laisser parler la terre

Au coeur même de l’appellation bandol, sur les terres de la Cadière d’Azur, le domaine Castell Reynoard se transmet de génération en génération depuis 1855. Fondé par un officier de marine, Henry Reynoard, le domaine a été repris par Julien Castell en 2019. C’est ce dernier qui a amplifié les méthodes culturales et de vinification vers la biodynamie. Avec la même philosophie qui l’anime pour son vignoble comestible, Julien Castell limite au maximum les interventions humaines afin de laisser la vigne s’exprimer en toute liberté et en toute vérité.

Le domaine accueille uniquement sur rendez-vous au 06 08 738 335. Chemin de Touron, 83740 La Cadière-d’Azur.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.