Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

Magazine

Le Grand bar des Goudes vendu, Didier Tani dit (presque) tout

Le Grand bar des Goudes vendu, Didier Tani dit (presque) tout

Le Grand bar des Goudes vendu ! Didier Tani a annoncé son départ sur son compte Instagram le 19 octobre, et dans le Grand Pastis, le lendemain. L’annonce a suscité une émotion immense au point que le restaurateur a bien voulu donner les raisons de son départ et laisser deviner ce que pourrait être son avenir. En exclu, il se livre avec sincérité et insiste sur les liens heureux qu’il avait noués avec sa clientèle. 

Le Grand Pastis : Vous avez 54 ans seulement et le restaurant est en pleine gloire, alors, pourquoi partir ?
Didier Tani : Vous avez raison, le restaurant se porte bien mais j’ai 54 ans ; j’ai commencé à travailler à 11 ans, c’était mon petit boulot d’été. En 1999, lorsque j’avais 29 ans, avec Éric, on a racheté cet établissement et les années sont là. Depuis 2007, j’ai une hygiène de vie très stricte et je fais attention à ne plus trop me surmener ; on nous avait déjà fait une offre l’an dernier qui ne s’est pas concrétisée. L’été qui s’achève m’a épuisé ; en fin de service, je n’avais plus la force d’aller aux boules ou à la mer et je rentrais à la maison, lessivé. Benjamin Mathieu et ses trois autres associés sont venus me voir en janvier : ils ont mesuré le potentiel de l’adresse et les choses se sont faites. J’ai toujours voulu profiter de la vie et ne pas la perdre à la gagner ; même cet été, sachant que je passais le flambeau, j’étais encore épuisé.

« Je me suis épanoui pendant 24 ans, j’ai fait des rencontres merveilleuses, ce restaurant m’a ouvert des portes et je suis très reconnaissant au métier »

Le G.P. : Que va-t-il advenir de l’équipe ?
D.T. : Le chef Christophe Thuillier, le serveur Enzo, Sandra, ma responsable de salle, sont tous là depuis plus de 10 ans et s’ils sont tous restés c’est que finalement je n’étais pas un si mauvais patron et qu’ils se sentaient bien ici ! Tous ont eu le choix de rester ou de partir mais ils ont préféré jouer la rupture conventionnelle ; moi j’ai toujours eu un management patriarcal et ils aimaient ça. Le matin quand on prenait le café, ils me racontaient leur vie et j’écoutais… Il y aura 8 départs intéressants pour eux, des décisions prises librement mais néanmoins quelques-uns resteront.

Le G.P. : On sait votre attachement à cette affaire familiale, n’est-ce pas trop dur de vous en séparer ?
D.T. : J’habiterai toujours aux Goudes, je garde ma maison et je n’en pars pas. Tous les jours, je passerai au bar pour y boire le café avant de prendre le bateau avec mes amis. Les 4 associés qui rachètent le Grand Bar des Goudes ne seront pas mes repreneurs mais mes voisins. Ma femme et ma fille travaillent dans l’esthétique et mon fils, lui, évolue dans le maritime. Lorsqu’il était étudiant, il venait m’aider au restaurant mais il n’avait pas la fibre et je ne pouvais pas le forcer. Vous savez, il y a deux catégories de restaurateurs : les investisseurs et ceux qui ont le sens du métier. Benjamin et ses 3 autres associés ont le sens du métier, ils ont la passion, ils en connaissent les ficelles, je m’entends bien avec eux pour ça. Ils ont compris l’âme de ce commerce.

« Ici, j’ai rassuré les gens en leur servant une cuisine que tout le monde croyait qu’elle n’existait plus »

Le G.P. : le Grand bar des Goudes vendu, demain, qu’allez-vous faire ?
D.T. : Je vais, avant toute chose, me remettre en forme. J’ai vendu l’affaire au prix qu’elle vaut et ma grande ambition c’est d’aller acheter mon pain le matin en vélo. Je vais me remettre à la boxe, je vais faire du padel chez Régis à Luminy et enfin prendre le temps. Je veux me réveiller la tête claire parce que, ce qui m’a le plus fatigué, c’étaient les à-côtés du restaurant. Au-delà des 6 prochains mois, j’ai un projet qui reste secret. Tout ce que je peux dire c’est que je n’invente rien, le concept existe déjà mais je le ferai à mon idée ; c’est un projet que j’installerai dans le 8e ou le 9e arrondissement, j’y ai mûrement réfléchi depuis 7 ans et j’y crois à 100%. Je resterai dans le monde culinaire et j’ai tout pensé pour que les choses se déroulent bien. Christophe et Sandra sont dans la confidence, ils seront avec moi et ils sont motivés. C’est un projet qui nous permettra de gagner notre vie tout simplement.

« Je serai éternellement reconnaissant à mes clients, j’ai eu une relation fabuleuse avec eux et je leur renouvelle mes remerciements »

Le G.P. : Les Goudes d’hier et celles d’aujourd’hui ont-elles beaucoup changé ?
D.T. : J’ai grandi dans un village populaire au sens noble où il y avait une familiarité sincère entre les habitants ; on vivait entre gens simples dans un cadre de milliardaires. Aujourd’hui encore, quand j’ai besoin de 4 œufs, je vais sonner chez les voisins, je joue aux boules avec Raymond, qui a 84 ans, et on se raconte des anecdotes sur le passé. Et j’ai peur que d’ici 3 ans tout ça ait disparu. Les gens qui s’installent aujourd’hui ont de gros moyens et le village, malgré tout, est encore sécure. J’ai un pied dans le passé et un pied dans le futur et je vois bien que chez les jeunes aussi les choses ont beaucoup changé : la notion de travail et de vie en communauté ne sont plus les mêmes. Les jeunes ont oublié que vivre aux Goudes est un privilège mais rien n’est gagné dans la vie ! Il faut travailler pour mériter et, comme disait mon père : – Si tu n’as pas de diplôme, il faut travailler le double des autres’. Moi, j’ai travaillé 4 fois plus que les autres.

Le Grand bar des Goudes vendu, photo DR

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.