Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
Restaurants en Provence

Il y a un restaurant au château d'If, vous le saviez ?

chatodif panneau restoIl y a un restaurant sur l’île d’If, en contrebas du château-fort, depuis 1890. Vous l’ignoriez ? En 2015, c’est Bruno Arcache, bientôt 40 ans, qui, depuis 2 ans et demi, se démène pour faire vivre le site. Et c’est loin d’être évident de diriger un resto sur une île : tout d’abord, vous dépendez d’un bateau, puis du mistral et de la pluie. A la différence d’autres troquets nichés chatodif saladedans la rocaille des calanques, ici, il y a de l’eau, de l’électricité et le téléphone. Pour le reste, c’est le règne de la débrouille. Voilà pourquoi l’ardoise de Bruno propose des plats « passe-partout » comme le mi-cuit au chocolat ou le confit de canard-frites salade. Mais il y a aussi quelques pépites comme ces salades grecque ou tomate-mozza arrosées d’huile d’olive et saupoudrées d’herbes aromatiques. Pour les gosses, il y a le cheeseburger-frites. Mais pour nous, amateurs de fait maison, il y a la soupe froide betterave-tomate délicieuse, les penne bolognaise ou sauce pistou faite à base de basilic frais, huile d’olive et de copeaux de parmesan.

chatodif dessertLe service est charmant, souriant, plein de bonne volonté. On mange en plein air, avec une vue à couper le souffle sur Marseille, les mouettes qui volent sur nos têtes. Et attention, le volatile peut attaquer… Le vent du large creuse les appétits, on lorgne sur les desserts : yaourt grec au sirop d’hibiscus fait par Bruno lui même, les kaaek libanais (biscuits à la datte réalisés à l’égyptienne avec de la farine en remplacement de la semoule), des coupes de glace et une chantilly faite, là encore, par le patron, avec de la crème fleurette au siphon. Un café, et toujours cette vue sublime avec, dans le dos, le fort qui se détache en contre-jour dans le ciel. Alors faut-il y aller ? Mais bien sûr que oui ! Bruno est un gars super, qui se démène et propose le meilleur en fonction des impératifs géographiques qui lui compliquent l’existence. Ensuite parce que l’endroit est beau et qu’il faut le faire vivre. Enfin parce que rarissimes sont les Marseillais qui connaissent l’existence d’un restaurant au château d’If… et que vous adorerez appartenir à la minorité qui sait.

Restaurant du château d’If Marseille en face, service du matin jusqu’au dernier bateau. Compter 25 euros par tête. Pas de réservations, du 1 er avril à fin octobre.

Comment on y va ? Je vous recommande Croisières Marseille Calanques en association avec Icard Maritime (embarquement face à la brasserie La Samaritaine). Voyage aller-retour : 10 euros. Infos au 04 91 333 679 et www.croisieres-marseille-calanques.com

 

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bonne idée pour faire une ballade avec des amis de passage et casser la croûte face à la Bonne Mère … Qui dit mieux ??
    Les « parigots » en vacances en seront baba …Merci pour ce magnifique tuyau .