Restaurants en Provence

Il y a un sacré chef dans ce Bistrot des Dames !

BDDames 1Ne vous y trompez pas, derrière l’apparente simplicité des lieux, se cache un chef redoutable, injustement méconnu des Marseillais. Sébastien Vion signe, dans ce repaire pour initiés (catégorie à laquelle vous appartenez), une carte aux relents de haute gastronomie : rien que de très normal pour un cuisinier modeste qui ne court pas les plateaux télé et qui s’est formé chez Jean-Michel Lorain (La Côte Saint-Jacques) et Serge Gouloumès (le Mas Candille). Son foie gras, par exemple, est travaillé comme un opéra en fine gelée et abricots moelleux-mousseline de betterave au vinaigre de figues, le finger croustillant de tourteau et citron confit-taboulé de quinoa rivalise d’intérêt avec les gros oeufs de ferme en coque de pomme de terre dorée champignons-lard paysan et mouillette de pain aux céréales. Vion aime les mariages terre-mer, témoin la coquille saint-jacques risotto de petit épeautre éclats de foie gras et jus mousseux de poulet rôti. Côté desserts, les fraises (avec boule de chocolat blanc) ou le citron de Menton sur un biscuit zestes et menthe suprême au citron granité de limoncello prennent une belle dimension estivale rafraîchissante.

BDDames 4Ce mardi midi, la dodine de volaille farcie est fondante, souple et généreuse. Accompagnée d’un risotto d’épeautre aux asperges, l’assiette du jour est un exemple de juxtaposition des goûts et de travail des sucs. On racle sévère la cocotte en cuisine pour récupérer les sucs ! Idem de la côte de cochon présentée avec un petit pot de jus déglacé aux anchois, une merveille de fondant-croustillant très gourmande. La petite tarte fine de pommes de terre cuites à coeur qui l’accompagne témoigne d’un soin devenu rare à Marseille. Il n’y a aucun faux pas, Sylvie et Fabienne, les maîtresses du lieu, le savent bien ; on les sent en totale confiance avec leur chef. BBDames 3Ces dernières vont et viennent avec le sourire de celles qui savent la force tranquille qui conduit le piano. Alors qu’on se laisse aller sur la « fraîcheur de fraises » vient cette question : pourquoi le chef est-il si discret ? Il mériterait plus d’exposition ! Courez chez ces deux « Dames » qui seront heureuses d’avoir eu raison avant tout le monde, d’avoir cru en un cuisinier qui ne déçoit pas.

Le Bistrot des Dames, 34, place aux Huiles, Marseille 1er ; 06 50 07 35 13. Plat du jour environ 16 € ; desserts 9 €. Carte environ 50 €. Ouvert 7/7j.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.