Magazine

Jacques et Laurent Pourcel ouvrent le Terminal#1 cette semaine à Montpellier

Jacques et Laurent Pourcel Terminal 1Les derniers corps de métier parachèvent les travaux et d’ici le 19-20 août, le Terminal#1 devrait accueillir ses premiers clients. Le Tout-Montpellier ne parle que de ce retour : les frères Jacques et Laurent Pourcel inaugurent un concept dans le quartier de la nouvelle mairie. Proche de l’immeuble RBC, en plein nouveaux quartiers dessinés par Jean Nouvel et des milliers de nouveaux appartements livrés au public, à un jet de pierre de l’immeuble « le Nuage » imaginé par Philippe Starck et de la nouvelle gare TGV en construction, le Terminal#1 cible la clientèle du mythique Jardin des Sens, de la plage privée le Carré Mer et des jeunes noctambules.
« Après la fermeture du Jardin des Sens le 26 mars dernier, nous cherchions un lieu pour nous poser en attendant 2019, explique Jacques Pourcel, en pleine visite de chantier, désignant ici et là les oeuvres de créateurs contemporains sollicités pour aménager le site. Nous voulons un lieu où les gens vont s’amuser, pour aborder la gastronomie différemment, un lieu atypique… On a mis un an à dénicher ce site. Les négociations ont duré 6 mois et nous avons eu pour 4 mois et demi de travaux » poursuit le maître des lieux. En juin 2019, sur la place de la Canourgue, au coeur même du Vieux-Montpellier, les deux frères inaugureront un sublime hôtel particulier entièrement rénové qui s’appellera… « le Jardin des Sens ». « Nous proposerons du très haut de gamme » prévient Jacques Pourcel.

L’artillerie lourde pour le Terminal#1

Pour l’heure, les 600 m2 au sol et 400 m2 en mezzanine de cet ancien chai à vin sont presque prêts. De 40 à 45 personnes feront « vivre la machine » et la brigade autour de Laurent Pourcel comptera de 17 à 18 personnes. « Pour le déjeuner, nous proposerons un menu à 35 € et le soir, le menu carte s’échelonnera de 45 à 87 €, détaille Jacques Pourcel. La carte revisitera l’esprit barbecue avec de beaux produits grillés, fumés, rissolés tout en conservant le style Pourcel très identifié. La carte de tapas sera, quant à elle, très, très méditerranéenne ». Une salle de banquet de 200 personnes, un restaurant de 130 places assises, un bar-tapas en terrasse et mezzanine de 80 places et un salon privé de 30-40 places, les Pourcel nourrissent de grandes ambitions : « A Montpellier, les gens sortent beaucoup le soir, il y a une belle clientèle d’affaires à midi et nous nous réjouissons d’un réel engouement pour notre plage, analysent les deux frères. Néanmoins, nous serons très prudents sur les prix ».
En attendant 2019 et le retour du « Jardin des Sens » deuxième époque, les Pourcel ont décidé que cette rentrée 2016 sera la leur, un événement que le Languedoc attendait impatiemment.
Terminal#1 ; à Montpellier, infos au 04 99 58 38 38

Jacques et Laurent Pourcel Terminal 1

De l’Asie à la Grèce, de Marrakech à Montpellier

L’empire Pourcel ne s’est pas écroulé avec la fermeture du Jardin des Sens le 26 mars 2016, au contraire. « Notre restaurant à Tokyo est au sommet de sa forme à l’image du Café français de Colombo au Sri Lanka, assure Jacques Pourcel. Nous travaillons très étroitement avec le groupe Ikos en Grèce et, c’est un scoop, nous annonçons aux lecteurs du Grand Pastis, l’ouverture de deux nouvelles adresses en septembre et novembre à Marrakech. Nous voulons profiter du souffle porteur de la Cop 22″. Depuis 5 ans, le groupe Pourcel a réduit la voilure et s’est concentré sur des établissements « porteurs » : « On ne veut plus ouvrir des établissements où nous ne sommes pas actionnaires ou propriétaires à 100%, ça nous permet  de maîtriser les concepts et d’être maîtres chez nous ». Quant à Michelin qui les a privés de leurs 3 étoiles, rancuniers, les deux frères ? « Nous sommes très sollicités à l’international et nous cartonnons à Tokyo sans étoile. L’effet Michelin c’est une cerise sur le gâteau. En 2019, lorsque nous ouvrirons notre « Jardin des Sens » au coeur de Montpellier, nous nous positionnerons sur du très haut de gamme et là, on ambitionnera les étoiles. Pour l’heure, on travaille ».

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.