Carnet de cave

La cuvée du Calvaire, un vin à partager avec les copains

mayard clos calvaireOn retrouve traces de la famille Mayard à Châteauneuf-du-Pape dès la fin du XIXe siècle. Sans discontinuer, c’est cette même famille qui gère, depuis 1923, un domaine de 43 hectares de vignes, sur une trentaine de parcelles, réparties sur des terroirs très variés, plantées depuis plus d’un siècle pour certaines d’entre elles. La famille a fait le choix d’une agriculture raisonnée et limite ses rendements afin de favoriser l’expression du terroir. Ce vin est issu d’un assemblage de vignes âgées d’une quarantaine d’années, de grenache majoritaire, de syrah et cinsault. Les raisins sont ramassés à la main et les jus élevés 12 mois durant en cuves ciment ou inox. Il faudra servir cette cuvée du Calvaire à 17°C pour accompagner un repas entre amis, un déjeuner pris au soleil d’automne. Vin classique typique de l’appellation, le rouge 2014 présente une robe profonde et intense avec un nez de fruits rouges ; l’attaque est vive et charnue. La finale est marquée par la fraîcheur et la gourmandise. Vous l’accompagnerez d’un onglet de boeuf à la braise, de viandes rouges en tartare et d’un canard aux cerises.

Cuvée Clos du Calvaire 2014, 21 € les 75 cl départ cave. Vignobles Mayard,
24, avenue Baron Le Roy, 84231 Châteauneuf-du-Pape ; infos au 04 90 83 70 16.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.