Magazine

La Salle à Hyères un restaurant de curiosités pour attiser l’appétit

Ils ont ouvert leur tout nouveau restaurant, la Salle, le 3 novembre dernier, au cœur du deuxième confinement, les obligeant à rivaliser d’imagination pour contourner les difficultés. Guillaume Derouet et Marine Boudignon ont tenu bon : – On avait prévu d’ouvrir à cette date-là, donc on a accueilli les premiers clients en mode drive ou livraison pour respecter nos objectifs », explique la jeune femme. Après 3 mois de travaux et quantités de « surprises », le duo a transformé l’ancien « 21 » en resto-brocante « où tout se vend. Des luminaires (dont les fameux abat-jour de boboboom, NDLR), aux assiettes, des chaises aux verres, le client repartira avec ce qu’il aime, assure Marine. C’est aussi une façon de nous mettre en danger en permanence, de nous réinventer, de recréer des ambiances au fil des saisons, proposer un resto très cocon en hiver et très aérien en été ».

Frédérique Zanella en cuisine
Guillaume et Marine ont fait appel à Frédérique Zanella, originaire de la Garde, pour diriger la cuisine. Cette chef de 27 ans, fille d’une restauratrice de Toulon (le Bouchon provençal), ex- Vintage à Hyères et passée par le Moulin du Gapeau à Belgentier, mettra en œuvre une cuisine française, forte de réminiscences enfantines, « des plats conviviaux et oubliés » à l’instar du pâté de pommes de terre, des vols-au-vent financière ou d’une daube. « Nous sommes très attachés aux notions de proximité et de saisonnalité, confesse Marine Boudignon. L’idée consiste à valoriser le produit au maximum et à jeter le moins possible ».
Et pour étayer la démarche, les paysans de Hyères, « Mon potager bio », Grégoire et Jean-Baptiste seront mis à contribution de même que Joëlle Etienne et ses fabuleuses collections d’agrumes de La Crau. L’après-midi, le coeur de La Salle battra au rythme des goûters riches d’une collection de gâteaux de voyage escortant thés, cafés, infusions et autre chocolat.

« Pour des raisons évidentes liées au confinement, nous n’accueillons personne et livrons tous azimuts » assène Guillaume qui, dès la fin d’après-midi arrivée, sillonne les communes de La Garde, du Pradet, de Carqueiranne ou de La Crau. « Au déjeuner, pour l’heure, ce sont beaucoup de salariés et professions libérales des bureaux voisins qui viennent chercher leur repas » assure Marine. Trois plats et autant de desserts avec, de temps à autres, une suggestion plat du jour, la carte évolue continuellement tenant  compte des considérations végétariennes ou sans gluten de certains clients. Avec 30 couverts en salle et une quinzaine dans le jardinet attenant, la Salle profite de cette période hors normes pour tester son modèle et, déjà, peut s’enorgueillir de compter des fans absolus…

La Salle, 21, avenue Joseph-Clotis, 83400 Hyères ; infos commandes, emporté et livraisons au 04 83 99 42 04.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter