Magazine

« L’Art mange l’Art », regards contemporains sur notre gastronomie

L'Art mange l'Art
Francis Giacobetti, « Cène des chefs », 1979, photographie 88 x 200 cm, collection Francis Giacobetti, Vandartists, ©Adagp, Paris 2019.

Vous avez aimé « De la table au tableau » ? Vous savourerez « L’Art mange l’Art » ! Jusqu’au 13 octobre, le musée Regards de Provence enfonce le clou gastronomique avec l’expo « L’Art mange l’Art » consacrée aux délices gastronomiques d’artistes contemporains. Des photographes, peintres, dessinateurs, sculpteurs et vidéastes invitent à redécouvrir dans leur vision toute personnelle, les plaisirs simples des aliments, de leur authenticité, de la cuisine, de la table, de la cérémonie du repas et des arts de la table.

L'Art mange l'Art
Liu Bolin, « Hiding in the city » – Paris, Meat factory, photographie 120 x 150 cm, Courtesy galerie Paris-Beijing, ©Adagp, Paris 2019.

Comment les artistes contemporains revisitent les rapports entre créations culinaires et artistiques ? C’est à cette question que le parcours répond. Vous pensiez tout avoir vu des natures mortes ? Faites confiance à la vidéo, à la photo, aux installations et performances pour renouveler  la donne ! « L’Art mange l’Art » donne à réfléchir sur la société de consommation, l’industrie alimentaire (qui nous aguiche avec ses emballages colorés et créatifs), ses abus, ses dérives et gaspillages. Chaque approche artistique, teintée de dérision et de provocation, interprète l’aliment, la nature, le terroir, la récolte, la transformation fascinante de la matière première en repas.

L'Art mange l'Art
Cécile Hesse & Gaël Romier, « L’éplucheuse » de la série pour le meilleur et pour le pire, 2008, photographie 100 x 140 cm, collection Frac Occitanie Montpellier, ©Adagp, Paris 2019.

Certaines œuvres appétissantes, dans le courant du Eat Art, réveillent nos sens et mettent en appétit pour satisfaire l’œil et la gourmandise du visiteur. Les œuvres de Daniel Spoerri composées d’aliments, de restes de repas, de déchets et vaisselle collés, « piégés » et présentés au mur comme des fresques, mettent en scène nos habitudes alimentaires et les objets du quotidien. En écho aux natures mortes hollandaises, à la façon des Vanités, les déchets des œuvres de Spoerri ou d’Arman meurent et pourrissent, rappellent le processus de vieillissement de notre propre corps qui nous entraîne à la mort.

Quoi de plus éphémère que les plaisirs de la table ?

L'Art mange l'Art
Pierre et Gilles, « la Bière Paillette » (Florian Balicco), 2014, photographie 115 cm diamètre, Courtesy Pierre et Gilles, Courtesy galerie Templon, Paris-Bruxelles, ©Adagp, Paris 2019.

De leur côté, les arts de la table composent la mise en scène artistique d’un repas. Les sculptures d’assiettes, de plats, de coupes, de vases sont mises à l’honneur, constituant des œuvres d’art ornées de motifs poétiques ou luxuriants évoquant la mer, le nature et l’amour. Vous découvrirez, au sein même du restaurant du musée et dans le hall, trois installations/sculptures éphémères gourmandes réellement consommables de Dorothée Selz, artiste majeure du Eat Art et Pop Art.
Son travail met porte sur les relations entre l’art et la vie quotidienne. Dorothée Selz a élaboré avec deux chefs cuisiniers (Ludovic Turac et Lionel Lévy) des mises en bouche qui ont été piquées sur la sculpture en polystyrène peinte de colorant alimentaire. Ces offrandes comestibles, gustatives, visuelles et ludiques sont imaginées pour réunir le visuel, le gustatif et le ludique et faire vivre au public une sensation nouvelle et une expérience enrichissante.
Quand le visuel et le gustatif s’emmêlent, l’ensemble prend vie de manière festive grâce à la participation active du public qui goûte ce qu’il voit ». L’idée première de l’exposition réside dans la permanence mémorielle de cet art éphémère. Quand on se nourrit de l’art, on le côtoie, on le goûte, on le savoure, on éprouve du plaisir, une sensation, une émotion, et la correspondance avec la dégustation d’un plat est de même nature… La meilleure chef pâtissière de restaurant du monde, Christelle Brua (Le Pré Catelan) et Eric Finon (Lenôtre), ont aussi participé à cette oeuvre collective.

L'Art mange l'Art
Daniel Spoerri, ST, 1972, « Tableau piège », affiche 79.3 x 73, collection Musée d’art contemporain, Marseille, ©Adagp, Paris 2019.

Cette exposition mêle art et gastronomie et sa déclinaison autour du repas, de la nourriture, de la table permet de mesurer combien d’artistes se sont confrontés au sujet, même lorsque certains d’entre eux ont connu la misère et la faim. C’est une invitation à la découverte de l’éclectisme et du raffinement des styles et des créations. La gastronomie évoque un moment de partage, de convivialité et de confiance autour d’une table et des mets. Elle pontue avec importance notre vie sociale offrant l’occasion de se réunir, d’échanger et de prendre du plaisir.

« De la Table au Tableau » et « l’Art mange l’Art », musée Regards de Provence, allée Regards de Provence-rue Vaudoyer, Marseille 2e arr. Infos au 04 96 17 40 40. Du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Tarif normal 2 expositions : 6,50 € – Tarifs réduits : 5,50 € – 4,70 € – 2 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter