Magazine

Cuire au soleil, quel heureux Présage !

Pierre-André Aubert

Mettre le soleil dans les assiettes, c’est le défi que s’est lancé Pierre-André Aubert. Il a fallu quatre années de travaux et d’études pour mettre au point une cuisine fonctionnant principalement à l’énergie solaire. Son restaurant, le Présage, est né le 7 octobre 2016 à Aubagne ; ce lieu de restauration reste expérimental afin d’éprouver le concept de cuisine solaire et le faire découvrir à un maximum de clients afin d’en mesurer la popularité et la pertinence économique. Pas de décor sophistiqué, pas d’emphase pour le Présage qui se résume à une petite terrasse en bord de route avec bar ouvert sur la cuisine où l’on peut voir les cuisiniers apprêter avec ferveur légumes et poissons grillés. « Actuellement, nous voulons principalement montrer qu’il est parfaitement possible de cuisiner de façon 100% écologique. Ce que nous proposons avec la restauration solaire, c’est une vision du futur, témoigne Pierre-André Aubert, fier de son innovant projet. Le pétrole n’est pas une énergie renouvelable. Dans 60 ans ou 100 ans la cuisson au soleil pourrait parfaitement être exploitée contrairement à la cuisson au gaz ».

restaurant le PrésageSi pas de soleil, du biogaz
Pour cuire ses ingrédients, Pierre-André Aubert utilise principalement une grande parabole qu’il doit parfaitement aligner face au soleil. Les rayons vont ensuite se réfléchir sur un miroir secondaire placé sous les fourneaux. Attention, ne pas sous estimer la chaleur du rayonnement solaire ! La plaque peut, en effet, chauffer de 80°C jusqu’à 450°C ! Pour les jours de forte nébulosité, le Présage change son fusil d’épaule et joue la carte biogaz. Ce dernier est fabriqué à partir de déchets alimentaires comme des épluchures trempées dans de l’eau et des bactéries. C’est ainsi que deux heures de cuisson sont assurées grâce à ce gaz non polluant.

À la carte, deux formules sont proposées. L’une est composée de légumes et de poissons, l’autre est totalement végétarienne. En bouche, les légumes sont légèrement grillés ce qui permet aux haricots verts de conserver leur croquant et leur fraîcheur, a contrario des carottes qui restent bien fondantes et sucrées. Le maquereau, lui, est aussi savoureux que s’il avait été grillé au barbecue. Il en résulte une cuisine simple, mais agréable et conviviale. Comptez 18,50€ pour la formule poisson,16,50€ pour le menu végétarien. Il faudra s’acquiter également d’une cotisation symbolique de 1€ pour rejoindre l’association le Présage. Car le prochain objectif, pour Pierre-André Aubert, une fois la phase expérimentale passée, c’est d’installer son restaurant dans Marseille intra muros.

Axel Gède / photos A.G.

Restaurant le Présage, 1460, route de la Légion, à Aubagne ; infos au 06 17 94 19 42.
Menus 16,50 et 18,50 € à midi uniquement. Fermé lun, mar et dim.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.