Restaurants en Provence

Le Rowing club, à Marseille

rowing2

A peine, ou déjà, 8 mois que Christian Ernst a rejoint Gilbert Bitton au Rowing club. Un curieux attelage mais d’une redoutable efficacité. Bitton, égal à lui-même, accueille, embrasse, sourit et rit, occupe l’espace avec un professionnalisme qui ne s’érode pas au fil des ans. Ernst, grand costaud habillé de sa tenue noire brodée, passe de la cuisine à la salle et s’enquiert : “Tout va bien ?”. Les deux hommes se complètent à merveille et ça se sent. Oublions les tapas, c’est pour les radins ou ceux qui ne savent pas manger. La carte propose un pot-au-feu de foie gras en raviole ouverte-croustillant de légumes oubliés, une bruschetta de sanglier confit-émulsion de pata negra écume de genièvre velouté de courge, un jarret de cochon noir de bigorre confit 12 heures-gnocchi au piment d’espelette ou un quasi de veau rôti en cocotte croûte de noix et comté-légumes d’hiver… C’est intelligent, bien troussé et les intitulés ont les pieds bien ancrés dans leur terroir.

rowing3A midi, le duo de palamide (séchée et en sashimi) très bien assaisonné précède une lotte escortée de tomates ananas, green zebra baignées d’une écume d’oursin. Le jeu végétal (câpres, ail des ours) résonne sur la fleur de sel et l’iode du poisson. C’est intéressant mais l’assiette manque de température, tout est tiède et les saveurs s’en trouvent pénalisées. Le médaillon de saint-pierre est bien plus intense, Ernst l’accompagne de caviar de hareng et d’une déclinaison de carottes (pourpres, jaunes) et asperges cuites à la perfection. Un petit dessert ? Ils sont signés Sylvain Depuichaffray, le pâtissier de la rue Grignan. Le baba au rhum chantilly-fraises vaut à lui seul le détour. Ce qu’il faut en penser ? Que du bien. Le Rowing a trouvé sa place, son rythme et on s’y sent à l’aise. D’autant qu’avec les beaux jours, on va pouvoir profiter de la grande terrasse sur le toît avec une vue à couper le souffle sur le port et le Mucem. Quant aux tarifs, si on pouvait envisager quelques plats moins onéreux, ce serait un plus…

34, boulevard Charles-Livon, 13007 Marseille ; résas au 04 91 90 07 78.
Plat retour du marché 15 € ; ardoise 50 € ; carte 46 €. Pain 10/20 – café : 11/20.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter