Magazine

Le Sweet’s Lady va retrouver ses couleurs, des clients et des cocktails

Sweet's LadyLa vieille façade toute décrépite de cet ancien « bar à hôtesses » va retrouver ses couleurs. Le Sweet’s Lady, presqu’à l’angle des rues Glandevès et Francis-Davso, entre dans le giron de Greg Gassa (le Burger’s Banquet) et s’apprête à renouer avec le public. « J’ai eu un coup de coeur pour ce bar à cocktails des années 1970, raconte Greg Gassa. C’est tout petit comme endroit, 70 m2 tout au plus, mais encore dans son jus avec les miroirs et alcôves ». Lorsque le restaurateur de 40 ans tout juste, entre dans le bar endormi, il réfléchit, regarde et s’interroge : « Qu’est-ce qu’on va en faire ? » La décision est prise en 10 minutes, « ça fait partie de l’idée qu’il faut faire bouger la ville » complète Gassa.
« Je suis un fou de pizza, je voulais absolument qu’on y serve de la pizza et puis je me suis dit qu’il fallait réhabiliter le lieu, l’histoire, le nom… Alors on a décidé de conserver le nom Sweet’s Lady en proposant une restauration de type bistrot marseillais avec des tartines, oeufs mimosa, poireaux vinaigrette, rillettes, pâté en croûte et un plat du jour conséquent ». Fidèle aux principes qui ont fait leurs preuves au Burger banquet, Gassa promet des ingrédients locavores et bio « dans toute la mesure du possible avec un ticket moyen autour de 20 euros ». L’ensemble étant accompagné d’une carte de vins nature et bio.
« Nous proposerons aussi des cocktails classiques à l’image du cosmo, tels qu’on les sert au Harry’s bar, et des alcools premium » poursuit Greg Gassa, par ailleurs membre du collectif Marseille Downtown dont la vocation vise à booster le coeur de ville de Marseille. Le Sweet’s Lady sera ouvert midi et soir et servira ses premiers clients à la fin mars.

Sweet’s Lady, 29, rue Glandevès, Marseille 1er arr.
Burger’s Banquet, 9, rue Molière, Marseille 1er arr.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le top pâtissier Avec une humilité qu’on ne rencontre que dans les milieux du sport et de la gastronomie, La Liste 1000 se vante de dresser la plus grande sélection gastronomique au monde, restaurants et pâtisseries confondus, pour les voyageurs gourmands. Rien que ça. Pour la première fois donc cette année, La Liste a dressé le top 1000 des meilleures pâtisseries dans 60 pays parmi lesquelles on retrouve les Marseillais de Oh Faon et les Bricoleurs de Douceurs. Même si le classement est tarte, on est très content pour eux.
Dimanche 2 octobre prochain, l’équipe de Mensa nous donne rendez-vous sur l’île Degaby, lieu d’exception privatisé pour l’occasion. C’est sur cette île d’Endoume, située à 300m des côtes et aux vues imprenables sur la cité phocéenne, les îles du Frioul et la grande Bleue, que la table sera dressée pour un festin aux couleurs de la mer. De 11h30 à 12h30, embarquement sur le Vieux-Port ; de 12h30 à 15h30, apéritif et dégustation de vins à discrétion (menu en 4 services). De 15h30 à 17h, retour, sieste sur transats ou baignade. Tarif : 95 € par personne.
Pour toute question, téléphonez à Romain, au 06 09 55 25 01

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !
www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.