En direct du marché

Les nougats Silvain de Saint-Didier jusqu'à Aubagne

nougats silvain 1L’histoire de la famille Silvain se confond avec celle du nougat depuis 30 ans. Installés dans le Vaucluse à Saint-Didier, entre Venasque et Pernes-les-Fontaines, les Silvain ont cultivé la terre et produit des légumes, du vin, des amandes et un peu de miel jusqu’à 1987. Les effets conjugués de la politique agricole commune et de l’augmentation des exportations agricoles des pays du Sud de l’Europe représentent un danger pour la pérennité de l’exploitation familiale. Les deux frères fondateurs, Pierre et Philippe Silvain, prennent alors une décision radicale : abandonner leurs activités viticoles et agraires, afin de convertir tous leurs vergers en amandiers. Et consacrer exclusivement leurs temps à la fabrication du nougat. Au fil des mois, le succès va croissant : après l’ouverture d’une première boutique à Saint-Didier en 2002, une seconde voit le jour à Aubagne dix ans plus tard, le 17 octobre 2012.
Cette deuxième enseigne sera placée sous la responsabilité de Félix Droin, artisan nougatier, et de sa femme Claire Silvain. “On voulait s’exporter dans une ville de taille moyenne, pour se développer grâce au bouche-à-oreille, préserver ce côté commerce de village, voilà pourquoi nous nous sommes installés ici” explique Félix. Aujourd’hui la petite exploitation a gagné de l’ampleur.
nougats silvainPour satisfaire à la production de nougat, la famille Silvain conduit plus de 25 hectares d’amandiers et exploite plus de 400 ruches. “Nous voulions être à la fois producteur et transformateur, c’est chose faite, nous voulons être autonome sur la production de nos matières premières” confie Félix. L’autonomie n’est pas totale car la production reste artisanale et soumise aux aléas climatiques ; en cas de pénurie, les Silvain se fournissent aussi auprès de la coopérative Sud Amandes, sise à Garons dans le Gard. Les volumes demeurent conséquents : plus de 6 tonnes de miel (80 % de miel de lavande, 20% de petits miels de pommiers ou cerisiers) ont été produits cette année, 15 à 20 tonnes d’amandes pour 25 tonnes de nougats fabriqués !

Dans leur boutique d’Aubagne, Félix et Claire, proposent une large gamme de nougats ; le nougat abricot-figue-pistache, le nougat speculoos figurent parmi les nouveautés du millésime 2015 : “On fait des essais, on cuisine, on goûte et si c’est bon on garde !” sourit Félix non sans gourmandise. Les biscuits, calissons et pâtes de fruits sont aussi réalisés dans les laboratoires maison sous les yeux des clients. Quant aux chocolats, ils sont tous travaillés “avec une matière première de qualité, issue de la chocolaterie Valrhona près de Tain l’Hermitage. Ils sont pour moi les meilleurs producteurs de chocolat français”… parole d’artisan !

Kevin Dachez (photos K.D.)

Nougats Silvain, route de Venasque, 84210 Saint-Didier ; infos au 04 90 66 09 57
également au 9, rue de la République à Aubagne ; infos au 04 96 18 96 60.
Nougat en vrac : 5 € l’hecto ; miel : 9€80 le pot de 500 g ; amandes : 8€90 le sachet de 500 g.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Le premier livre de Mérouan Bounekraf intitulé Accords, Mets et Vannes est sorti ! Chef trentenaire connu depuis sa participation à Top chef en 2018, et actuellement aux côtés de Julia Vignali, sur M6, en 2e partie de soirée du Meilleur Pâtissier, Mérouan est un cuisinier de talent. Il combine sa passion à un sens de humour prononcé, faisant le show et abordant avec légèreté des recettes sérieuses et techniques. Il se présente comme un cuisinier comique et prouve que dans la profession, on peut être très rigoureux et blagueur. L’auteur est aussi un compétiteur dans l’âme qui manie la langue avec talent, panache et humour. Son péché mignon ? Les jeux de mots qui foisonnent dans l’ouvrage. Dans ce livre joyeux, Mérouan retrace son parcours enrichissant et ses rencontres, il raconte ses débuts, passés 5 années durant, dans une brigade conduite à la dure, dont il garde malgré tout de bons souvenirs. C’est un livre bienveillant comptant 35 recettes classiques retravaillées (avocat-crevettes commis d’office, bi-joues de bœuf, poisson-panais ou encore cigar’misu), un cadeau gourmand et drôle qui se fera une jolie place au pied du sapin.

• Accords Mets et Vannes, Larousse Ed. 144 pages, prix : 16, 95 €.