En direct du marché

Escale marine et chasse aux trésors chez Claude Bataille

Les boutiques de souvenirs pullulent sur le Vieux-port, celle de Claude se la joue sincère, authentique et artisanale. Il a baptisé son magasin l’Escale marine. Ce café-boutique, avec vue sur mer, a ouvert ses portes en automne 2008. Une passion pour le commerce qui n’a pas quitté Claude Bataille, fils de Georges, qui a longtemps tenu avec son père le mythique “Chez bataille”, place Notre-Dame-du-Mont. Un traiteur, un fromager, une cave où le Tout-Marseille, et bien au-delà, venait faire ses courses.

batailleLes années ont passé et chez Claude, comme jadis chez Georges, on trouve presque tout de ce qui fait Marseille et sa région : les Navettes des Acoules, produites dans la rue Caisserie voisine, du miel de lavande produit par les Ruchers du Luberon, la fameuse poutargue de Martigues, “le caviar provençal”, cher à Claude, la soupe de poissons de Port-Saint-Louis-du-Rhône et, bien sûr, une étonnante collection de pastis.
Bien au-delà des très classiques 51 et Pernod, Claude conseille plutôt de vous essayer à ces jaunes artisanaux à l’instar de l’Aqualanca de la liquoristerie de Provence, un anis à l’ancienne aux notes de menthe poivrée. Le propriétaire ne tarit pas d’éloges non plus sur le Lou Castellanou de la liquoristerie du Grand Sed, un pastis façonné avec de l’eau de vie de raisin, idéal pour l’apéritif ou pour faire griller un poisson.
Si votre coeur penche pour le raisin, Claude Bataille sélectionne des vins de producteurs locaux et indépendants, à l’image du cru classé château du Galoupet (rouge 2011, côtes de Provence) ou les “vins purs ” de Peter Fischer (chât. Revelette). Pour les amateurs de houblon, le patron conseille pour cette période estivale une Cagole blanche, “la bière la plus désaltérante” sourit-il. A ramener de votre séjour, d’authentiques savons de Marseille produits par les savonneries de la Licorne et du Fer à cheval, les dernières encore en activité à Marseille aujourd’hui.

Ses 3 adresses
Epicurien confirmé, Claude Bataille livre ses 3 adresses 100% marseillaises :
Je ne cache pas mon affection pour la trattoria Marco (place Bargemon, 2, rue de la Guirlande, 2e) et ses supions frais sautés en persillade et ses raviolis faits-maison”.
– Le restaurant Chez Michel (plage des Catalans, 7e) qui propose “les meilleurs poissons de Marseille”.
– Je ne m’interdis pas non plus quelques grillades de poissons au Miramar, tout à côté de mon magasin” (quai du Port, 2e).

Kevin Dachez (photos K.D.)

L’Escale marine, Claude Bataille et Fils, 22, quai du Port, 2e arr. Infos au 04 91 91 67 42.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter