Carnet de cave

Les vignerons des Bouches-du-Rhône en appellent au réflexe locavore

vignerons des Bouches-du-Rhône
Jean-Claude Pellegrin, Fabien Doudon et Sébastien Attias (de g. à d.)

Les vignerons des Bouches-du-Rhône traversent une période pour le moins délicate. « L’année 2020 a été déplorable, selon les propres termes de Jean-Claude Pellegrin, le président de la commission viticole à la chambre d’Agriculture des Bouches-du-Rhône. On a eu la fermeture des cafés et restaurants avec le confinement, la taxe Trump sur les importations aux USA des vins français, le Brexit et, pour couronner le tout, le gel du 8 avril 2021 qui a ravagé nos vignobles ». C’est dire si les inquiétudes pourrissent la vie quotidienne des vignerons depuis des mois. En résumé : – On a fait de très belles vendanges en 2020 mais on n’a pas assez vendu et en 2021, les vendanges seront pauvres à cause du gel », grince Pellegrin.
« A l’heure où le grand public est sensibilisé aux valeurs locavores, il nous semblait important de rappeler qu’avec quelque 350 exploitations viticoles dans les Bouches-du-Rhône et leur quelque 1000 salariés, il est plus que jamais vital de préférer les vins provençaux aux vins venus de plus loin » complète Sébastien Attias, le directeur du pôle végétal et agriculture de la chambre d’Agriculture du 13.

Martine Vassal monte au créneau
Un discours qui n’a pas laissé insensible la présidente du département, Martine Vassal, qui s’est fendue d’un courrier enjoignant les cafés, hôtels et restaurants du 13 à consommer les vins des vignerons des Bouches-du-Rhône. Dans une lettre adressée à l’Umih, principal syndicat des Cafés-hôtels et restaurants, et que le Grand Pastis s’est procurée, la numéro Un du département « appelle de ses voeux un effort de solidarité de tous les acteurs du territoire ».

vignerons des Bouches-du-Rhône
Extraits de la lettre envoyée à l’Umih par Martine Vassal

En parallèle, une opération de communication menée par le Conseil départemental 13 et la chambre d’Agriculture invite à découvrir d’abord, et consommer, ensuite, les toutes les dénominations du 13. « C’est la première fois que les AOP, IGP font front commun pour inciter à la consommation locale, lance Jean-Claude Pellegrin. Un touriste ne vient pas en Provence pour boire des vins californiens, chiliens ou alsaciens aussi bons fussent-ils. Il y a dans ce département une mosaïque de territoires et de dénominations comme il en existe rarement ailleurs ». « Puisqu’on dit aux consommateurs d’acheter de la viande, des fruits, des légumes ou des poissons d’ici, il faut faire de même avec les vins, les vignerons des Bouches-du-Rhône aussi défendent les valeurs locavores », avance Fabien Doudon, vigneron et président de la coopérative de Trets.

Vins de Camargue : le conseil d’Etat pourrait trancher

Il est un autre combat que mène Jean-Claude Pellegrin et il porte sur l’interdiction qui pourrait être faite aux viticulteurs camarguais des Bouches-du-Rhône d’utiliser le terme “Terre de Camargue” sur leurs étiquettes au profit de vignerons… Gardois ! « C’est comme si moi, vigneron en Provence, je mentionnais sur mes étiquettes « vin de Romanée Conti », ce n’est pas plus absurde que ça », s’étrangle Pellegrin. Une PNO (procédure nationale d’opposition) a été ouverte et se clora le 17 juillet, elle permet à tous ceux qui le souhaitent de venir au secours des vignerons camarguais des Bouches-du-Rhône. « On va gagner, la Camargue est située entre les deux bras du Rhône, le reste, c’est de l’usurpation du mot Camargue, dit Pellegrin. Si l’Inao, Institut national des appellations d’origine, juge notre demande légitime, les collègues languedociens devront se trouver un autre nom ». Sinon ? « Sinon on ira devant le conseil d’Etat ! »

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.