Art de vivre

La maison Rousseau pour hôtes esthètes en quête de style

Dans l’entrelacs des ruelles jouxtant les jardins de la fontaine, se cachent des pépites. Nîmes et sa Maison Carrée, ses arènes et ruines romaines, espère bientôt entrer dans la longue liste du patrimoine de l’humanité de l’Unesco. Raison de plus pour la visiter et y séjourner quelques jours. La maison Rousseau tient son nom de Jean-César Rousseau de la Parisière, nommé évêque de Nîmes en 1710. “Nous aimons le terme de “maison”, c’est plus chaleureux et accueillant que chambre d’hôtes”, explique Matthieu Ober, en charge de sa gestion. La visite donne à découvrir de magnifiques murs empierrés, une décoration mêlant objets du XVIIIe, XIXe et XXe siècle et un patio façon hacienda autour duquel s’articule la maison.

“Aux origines, c’était un entrepôt, un volume dont on a tiré parti, continue Matthieu. C’était un ancien atelier de charretons et calèches, devenu au XXe siècle fabrique de meubles en formica puis école de danse”. Les travaux décidés par les propriétaires ont duré 9 mois et la maison a accueilli ses premiers hôtes en mars 2014.
Une commode, des consoles, tapis, tables et selettes, des bibelots et toujours une anecdote et des histoires piochées dans l’Histoire comme dans la boutique de décoration et antiquités de Jean-Louis Fages, le très réputé décorateur de la rue Racine, voisine de la Maison Carrée. “Cette maison Rousseau nous permet de rencontrer et échanger avec des profils très éclectiques, affirme Matthieu. Les gens qui viennent chez nous ne viennent jamais par hasard” sourit cet ancien avocat de formation passé maître dans l’art de la décoration et du réagencement permanent de cet espace en constant renouvellement.

La maison Rousseau, 6, rue de la Parisière, 30000 Nîmes. Infos au 06 20 32 30 43.
Tarifs : chambre (climatisée) une nuit avec petit-déjeuner (avec parking) de 115 à 130 euros hors saison et de 130 à 145 euros en saison.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter