Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

► Kouss-Kouss festival le rendez-vous de la rentrée revient cette année du 29 août au 8 septembre. Au programme, des centaines d’établissements qui proposeront leur version de ce plat emblématique, avec pour thème cette année : « 1001 graines ». Le 31 août, 5 000 couscous seront servis et offerts sur le Vieux-Port dans le cadre de l’Été marseillais par la Ville de Marseille et l’office de Tourisme.

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

Art de vivre

La maison Rousseau pour hôtes esthètes en quête de style

Dans l’entrelacs des ruelles jouxtant les jardins de la fontaine, se cachent des pépites. Nîmes et sa Maison Carrée, ses arènes et ruines romaines, espère bientôt entrer dans la longue liste du patrimoine de l’humanité de l’Unesco. Raison de plus pour la visiter et y séjourner quelques jours. La maison Rousseau tient son nom de Jean-César Rousseau de la Parisière, nommé évêque de Nîmes en 1710. « Nous aimons le terme de « maison », c’est plus chaleureux et accueillant que chambre d’hôtes », explique Matthieu Ober, en charge de sa gestion. La visite donne à découvrir de magnifiques murs empierrés, une décoration mêlant objets du XVIIIe, XIXe et XXe siècle et un patio façon hacienda autour duquel s’articule la maison.

« Aux origines, c’était un entrepôt, un volume dont on a tiré parti, continue Matthieu. C’était un ancien atelier de charretons et calèches, devenu au XXe siècle fabrique de meubles en formica puis école de danse ». Les travaux décidés par les propriétaires ont duré 9 mois et la maison a accueilli ses premiers hôtes en mars 2014.
Une commode, des consoles, tapis, tables et selettes, des bibelots et toujours une anecdote et des histoires piochées dans l’Histoire comme dans la boutique de décoration et antiquités de Jean-Louis Fages, le très réputé décorateur de la rue Racine, voisine de la Maison Carrée. « Cette maison Rousseau nous permet de rencontrer et échanger avec des profils très éclectiques, affirme Matthieu. Les gens qui viennent chez nous ne viennent jamais par hasard » sourit cet ancien avocat de formation passé maître dans l’art de la décoration et du réagencement permanent de cet espace en constant renouvellement.

La maison Rousseau, 6, rue de la Parisière, 30000 Nîmes. Infos au 06 20 32 30 43.
Tarifs : chambre (climatisée) une nuit avec petit-déjeuner (avec parking) de 115 à 130 euros hors saison et de 130 à 145 euros en saison.