Restaurants en Provence

Le Marais à Hyères parce que la plage c’est très cool aussi en hiver

le-marais-decorationDavid Pirone a eu du nez. En s’installant ici, sur cette bande de sable portant le regard sur les îles de Porquerolles, du Levant et Port-Cros, il a eu l’idée d’aménager un lieu de vie. De transformer une banale maison sans âme en l’habillant d’un bardage de bois, en la meublant de tout ce que le jeune papa aimait de créations design. Poussant la passion pour le mobilier à son paroxysme, il a installé une kyrielle d’abat-jour de la marque marseillaise boboboom en plein air, une myriade de couleurs, de festons et passementeries cohabitant avec des classiques du design… Il fallait oser. La gentry toulonnaise, marseillaise et même tropézienne a mordu à l’hameçon, animant un défilé continu de visages connus. On vient désormais au Marais pour un carpaccio d’artichauts-roquette et copeaux de parmesan, pour un tartare de thon frais ou une assiette ibérique de bellotta-tomates concassées et pain grillé qu’on partage en riant à l’apéritif. Suivent des pâtes (liguine, spaghetti aux palourdes), des risotto servis à l’assiette flambées devant le client dans une meule entière, des poissons (tagliatta de thon mi-cuit au sésame) et des viandes (oreille d’éléphant à la milanaise, tartare de boeuf au couteau et filet de boeuf à la plancha).

le-marais-repasPour le déjeuner, en week-end, vous raffolerez de ce délicieux millefeuille de viande de veau alternant avec des tranches de bresaola et de la roquette, l’ensemble nappé de sauce au parmesan. Pour nous sortir des banalités ambiantes, cette recette séduit par sa viande tendre, et le rythme des goûts qui alterne entre le salé, l’amer et le doux. Quelques bâtonnets de polenta frite suffisent à apporter de la croustillance et rééquilibrer l’assiette. Le tartare de boeuf au couteau est accompagné de classiques frites et précède un rare soufflé à la fraise et une île flottante tout caramel. Les desserts, classiques mais réinterprétés, sont généreux et régressifs. Pourquoi s’en priver… Alors faut-il y aller ? Oui parce que la plage c’est très cool en hiver, voire mieux qu’en été. On s’y balade, on joue avec son chien, on se tient par la main en regardant le coucher de soleil et c’est dans cet esprit que le Marais accueille ses clients, en jouant la carte de la complicité et de l’entre-soi qui nous est si cher…

Le Marais, 1366, boulevard de la Marine, 83400 Hyères ;
réservations au 
09 54 12 72 09. Carte 35 euros.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.