Carnet de cave

Marseille se prépare à accueillir le salon Millésime Bio

salon millesime bio 2017Du lundi 30 janvier au mercredi 1er février prochain, le parc Chanot à Marseille accueille le salon Millésime Bio. Il s’agit là d’une première car, depuis 1993, ce salon consacré uniquement aux vins respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique, se tenait à Montpellier en Occitanie. Lors de la dernière édition, le Salon Millésime Bio a accueilli 873 exposants et 4 500 visiteurs uniques dont un quart venant de l’étranger.
En marge de ce salon, il faut parler du concours « Challenge millésime Bio » organisé par Sudvinbio (l’organisme organisateur du rendez-vous) ; il s’agit du concours officiel de ce rendez-vous international dont le dernier jury s’est réuni le 17 janvier dernier à Montpellier sous la houlette de l’Union des Oenologues de France, délégation Languedoc-Roussillon. Pour cette 11e édition du challenge, quelque 1230 échantillons certifiés AB et provenant du monde entier ont été goûtés à l’aveugle. Ce concours était présidé cette année par Joris Snelten, P.-D.G. de Delta Wines, l’un des plus importants importateurs néerlandais, maison-mère de Coenecoop, société spécialisée dans les vins biologiques, équitables ou « durables ». 413 médailles ont été décernées, dont 125 médailles d’or, 201 d’argent et 87 de bronze. La totalité du palmarès 2017 ici.

A Marseille, on se frotte les mains
Pour quelle raison, Millésime Bio a-t-il quitté Montpellier au profit de Marseille ? « Parce que Millésime Bio se tient à Montpellier à la fin janvier depuis près de 25 ans, avancent les responsables du salon. Bien que le sachant, les organisateurs de Vinisud ont néanmoins pris la décision unilatérale de positionner leur salon du 29 au 31 janvier 2017, soit 2 jours en commun avec Millésime Bio ». Et de conclure : « Vinisud s’étant montré inflexible sur ses dates communiquées à ses exposants, la délocalisation de Millésime Bio nous a été imposée ». L’arrivée de ce salon est une aubaine pour Marseille qui « accroît ses parts de marché » dans le secteur ; les vins IGP Méditerranée ont aussi décidé de faire de la cité phocéenne leur ville capitale en y organisant des manifestations phare à l’instar du festival Hors les Vignes qui se tiendra également cette année encore au Dock des Suds… Dans ce climat, Inter Rhône, qui a choisi Avignon comme capitale des vins des Côtes du Rhône, ne cache pas non plus son intérêt pour Marseille et aimerait y connaître la même notoriété que les côtes de Provence.

Millésime Bio 2017 au parc Chanot, Marseille 8e.  30 janvier 2017 : 10h-19h ; 31 janvier, 9h-19h ; 1er février, 9h-17h. Réservé aux professionnels.

Photos Alain Reynaud Pictures

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.