Carnet de cave

Rouge Provence : la merveilleuse main tendue de l’association des vignerons solidaires

Rouge ProvenceIls sont à ce jour 33 ; trente-trois vignerons pour qui le mot solidarité est désormais lié à l’association Rouge Provence. Tout a débuté en 2012 à la suite d’un orage de grêle qui a dévasté le vignoble de Raimond de Villeneuve Flayosc au château de Roquefort à la Bédoule. « Un formidable élan de solidarité s’était créé afin de lui offrir raisins, moûts et vin pour lui éviter une année blanche » raconte Phanette Double, vigneronne au château de Beaupré. Très touché, ému par ce geste fraternel, Flayosc avait invité tous les vignerons qui lui avaient tendu la main pour un mémorable repas.

100 kg de raisins offerts chaque année le 22 septembre
Les années se suivent et se ressemblent : en 2013, d’autres vignobles victimes des caprices du ciel ont appelé d’autres vignerons à l’aide sur le même modus operandi. « C’est ce qui nous a décidé à nous réunir, chaque membre de l’association donnant chaque année 100 kilos de raisins pour créer une cuvée collective qui sera vendue en magnums », détaille Phanette Double.

C’est là qu’est née l’idée de créer une association qui, tout à la fois, viendrait en aide aux vignerons victimes des aléas climatiques et ferait la promotion des vins rouges de Provence, souvent occultés par la réputation des rosés. « C’est Véronique Peyrot-Rougeot, du domaine Tempier, qui préside l’association et Stéphane Bourret en est le secrétaire » précise Phanette Double.

Plaisir Solidaire
En hommage à toutes celles et ceux qui lui avaient prêté main forte en 2012, Raimond de Villeneuve avait baptisé cette cuvée « Grêle 2012 ». Les magnum sont désormais estampillés « Plaisir solidaire ».

Avec une majorité de membres issus des coteaux d’Aix et du Bandolais, l’association revendique quelque 1400 magnums chaque année dont les revenus issus de la vente permettront d’abonder une caisse de solidarité à destination des viticulteurs, membres de Rouge Provence ou pas, victimes de la météo. « Ça fait chaud au coeur de se savoir entourés, il y a de vrais liens d’amitié qui se sont noués entre nous avec du prêt de matériel par exemple » se réjouit la fille du baron Double.
Le 31 janvier, l’association Rouge Provence, trois ans après avoir été portée sur les fonts baptismaux, officialisera sa naissance lors d’une soirée au Rowing club de Marseille. S’y côtoieront vignerons, journalistes, restaurateurs de renom et quantité de personnalités sensibles à la démarche… d’une grande noblesse.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.