Magazine

Martigues : le restaurant la Cour du Théâtre tire le rideau

burgy willemart ok
(de g. à d.) Andréa Pérès seconde le chef, Pascal Willemart. Emmanuelle Burgy veille sur la salle, Claire apprentie à la Cour du Théâtre en 2015

Pascal et Emmanuelle Burgy-Willemart jettent l’éponge et quittent leur restaurant installé au sein du théâtre des Salins de Martigues : la Cour du Théâtre. “Nous avons repris cet établissement il y a 2 ans et demi avec de très grosses difficultés de remise en état, se remémore Emmanuelle Burgy. Prévue pour août, l’ouverture a été repoussée jusqu’à décembre 2013. Nous avons ouvert à l’arrache et les choses ont été très difficiles par la suite”. Les années se suivent et malheureusement se ressemblent : “Nous avons connu des galères et on n’arrivait pas à s’acquitter de notre loyer, poursuit l’épouse de Pascal Willemart. A plusieurs reprises, nous avons alerté la mairie les prévenant de nos difficultés à payer le loyer et pour demander une baisse salutaire, en vain”.

Revenant sur ces quelques mois d’activité, Emmanuelle Burgy reconnaît que “le modèle était difficile. Les soirs de spectacle, il n’était pas rentable d’accueillir les artistes après le spectacle pour servir deux salades. En cette période de haute sécurité, les grilles du théâtre sont fermées les soirs de représentations et beaucoup pensent que le restaurant aussi est fermé. Nous avions fait le pari d’acheter aux commerçants et producteurs locaux, ce qui a réduit nos marges ; certes, les clients étaient enthousiastes mais notre cuisine fraîche et du jour n’a pas suffi”.

“Nous allons nous reconstruire”
Un constat désolant car le restaurant appartenait au Cercle culinaire de France, figurait parmi les tables participant à l’opération Food France, des gages de qualité qui n’ont pas enthousiasmé grand monde. “La mairie a lancé un appel à candidatures pour nous succéder pour un loyer annoncé de 24 000 € annuels. Il faudra en outre équiper les lieux…” prévient Emmanuelle Burgy. Pour les prochaines semaines, Pascal Willemart continuera à donner des cours à l’école de cuisine de Thierry Marx et s’apprête à travailler à l’Intercontinental à Marseille. Quant à savoir si le couple veut s’installer à Marseille comme les rumeurs l’ont laissé entendre, les choses sont beaucoup moins sûres : “Rien n’est exclu mais pour l’heure, nous allons nous reconstruire. Notre équipe était chouette et on est malheureux car le personnel c’était notre famille aussi”. La Cour du Théâtre époque Burgy-Willemart tirera le rideau le 9 juin prochain.

La Cour du Théâtre, au théâtre des Salins, 19, quai Paul-Doumer à Martigues ; réservations au 04 88 40 61 59.

2 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Je suis sincèrement désolée d’apprendre cela. Emmanuelle et son équipe sont très sympathiques et chaleureuses. Elles accueillent encore jusqu’à vendredi une jeune irlandaise en stage professionnel de cuisine. C’est vraiment triste que des personnes de qualité ne puissent pas vivre de leur travail dans notre beau pays de France !

  • Effectivement désolant que cette équipe accueillante et vraiment pro nous quitte ! Et où va-t-on pouvoir manger après les spectacles ? Pas gagné de retrouver équivalent !

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter