Magazine

Martigues : le restaurant la Cour du Théâtre tire le rideau

burgy willemart ok
(de g. à d.) Andréa Pérès seconde le chef, Pascal Willemart. Emmanuelle Burgy veille sur la salle, Claire apprentie à la Cour du Théâtre en 2015

Pascal et Emmanuelle Burgy-Willemart jettent l’éponge et quittent leur restaurant installé au sein du théâtre des Salins de Martigues : la Cour du Théâtre. “Nous avons repris cet établissement il y a 2 ans et demi avec de très grosses difficultés de remise en état, se remémore Emmanuelle Burgy. Prévue pour août, l’ouverture a été repoussée jusqu’à décembre 2013. Nous avons ouvert à l’arrache et les choses ont été très difficiles par la suite”. Les années se suivent et malheureusement se ressemblent : “Nous avons connu des galères et on n’arrivait pas à s’acquitter de notre loyer, poursuit l’épouse de Pascal Willemart. A plusieurs reprises, nous avons alerté la mairie les prévenant de nos difficultés à payer le loyer et pour demander une baisse salutaire, en vain”.

Revenant sur ces quelques mois d’activité, Emmanuelle Burgy reconnaît que “le modèle était difficile. Les soirs de spectacle, il n’était pas rentable d’accueillir les artistes après le spectacle pour servir deux salades. En cette période de haute sécurité, les grilles du théâtre sont fermées les soirs de représentations et beaucoup pensent que le restaurant aussi est fermé. Nous avions fait le pari d’acheter aux commerçants et producteurs locaux, ce qui a réduit nos marges ; certes, les clients étaient enthousiastes mais notre cuisine fraîche et du jour n’a pas suffi”.

“Nous allons nous reconstruire”
Un constat désolant car le restaurant appartenait au Cercle culinaire de France, figurait parmi les tables participant à l’opération Food France, des gages de qualité qui n’ont pas enthousiasmé grand monde. “La mairie a lancé un appel à candidatures pour nous succéder pour un loyer annoncé de 24 000 € annuels. Il faudra en outre équiper les lieux…” prévient Emmanuelle Burgy. Pour les prochaines semaines, Pascal Willemart continuera à donner des cours à l’école de cuisine de Thierry Marx et s’apprête à travailler à l’Intercontinental à Marseille. Quant à savoir si le couple veut s’installer à Marseille comme les rumeurs l’ont laissé entendre, les choses sont beaucoup moins sûres : “Rien n’est exclu mais pour l’heure, nous allons nous reconstruire. Notre équipe était chouette et on est malheureux car le personnel c’était notre famille aussi”. La Cour du Théâtre époque Burgy-Willemart tirera le rideau le 9 juin prochain.

La Cour du Théâtre, au théâtre des Salins, 19, quai Paul-Doumer à Martigues ; réservations au 04 88 40 61 59.

2 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Je suis sincèrement désolée d’apprendre cela. Emmanuelle et son équipe sont très sympathiques et chaleureuses. Elles accueillent encore jusqu’à vendredi une jeune irlandaise en stage professionnel de cuisine. C’est vraiment triste que des personnes de qualité ne puissent pas vivre de leur travail dans notre beau pays de France !

  • Effectivement désolant que cette équipe accueillante et vraiment pro nous quitte ! Et où va-t-on pouvoir manger après les spectacles ? Pas gagné de retrouver équivalent !

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter