Magazine

« Clément et Olivier », les meilleures navettes 2019 sont fabriquées à Aubagne

navettes jury 2019Bientôt la Chandeleur, bientôt la fête des crêpes en Bretagne et des navettes à Marseille ! A l’initiative du Grand Pastis et avec le soutien du blog Fully Funny, nous avons eu l’idée de réunir un jury d’amateurs rompus à l’exercice de la dégustation pour goûter, commenter et nommer les meilleures navettes de l’année. Ils étaient quatorze, issus de tous les quartiers de Marseille et Aubagne à concourir. De fait, toutes les navettes ont été achetées les 28 et 29 janvier chez des artisans qui n’avaient pas été prévenus de ce challenge et n’ont ainsi pas pu préparer une recette spéciale ou des tailles. Le jury s’est réuni le mardi 29 janvier à 15 heures et était composé de Priscilla (blog Fully Funny), Anne Limbour (animatrice et chroniqueuse sur Provence Azur télé), Sylvie Sulitzer (épicerie fine Gastronomaniak à Aubagne), Laurent Bocquet (boulangerie Hat’s Mazargues), Olivier Luisetti (restaurant Pastis & Olives) et Pierre Psaltis (le Grand Pastis).

Le trio gagnant
Des notes portant sur l’aspect (couleur, esthétique), la saveur (eau de fleur d’oranger naturelle ou synthétique, dosage), l’odeur (délicate, absente, suave), la texture et la casse (sec, fondant, farineux, dur, mou) ont été attribuées permettant d’établir un classement dont voici les 3 premiers.

Clément et Olivier
Les navettes de Clément et Olivier, artisans à Aubagne (près de la gare)
n°1 Clément et Olivier. Leurs navettes présentaient des arômes de zestes d’orange, un joli biscuit sur le fruit, ferme et cassant net, fondant en bouche avec une note finale délicate. Tarif : 5.90 € les 250g.

Les navettes des Accoules, un grand classique du quartier du Panier.

n°2 les Navettes des Accoules. Des biscuits à l’irréprochable régularité, joliment dorés, chaleureux en bouche, d’une évidente fraîcheur. Arômes délicats, casse nette. Tarif : 6 € les 250g.

Amandine navettes
Amandine, les navettes en version mini selon Laurent Navarro
n°3 la pâtisserie Amandine. Bien que toutes petites (il ne restait que celles-ci en boutique lorsqu’on est venu les acheter), ces navettes pâtissières avaoent des accents beurrés qui ont un peu gêné certains membres du jury. Produit de qualité, frais, fondant en bouche, avec une jolie finale persistante.  Tarif : 5,90 € les 100g.

Les concurrents
Voici la liste de tous les concurrents. Bien sûr, le quartier de Saint-Victor est très représenté avec 4 adresses. Du centre-ville aux quartiers, chacun y trouvera son bonheur. A noter, l’entrée de quelques nouvelles enseignes, le Fournil de Bois Lemaître (12e arr.) et Christopher Sisilia qui ont présenté des produits « à suivre ». Attention, le principal écueil chez certains artisans de cette sélection résidait dans l’usage immodéré voire maladroit de l’eau de fleur d’oranger synthétique qui laisse une désagréable longueur en bouche. Plus qu’une erreur, un défaut.

Les Pains de l’Opéra (61, rue Francis-Davso, 1er arr.)
La Boulangerie Aixoise (45, rue Francis-Davso, 1er )
Les Navettes des Accoules (68, rue Caisserie, 2e arr.)
L’Espérantine (70, rue Caisserie, 2e arr.)
Le Fournil de Notre-Dame (38, boulevard Notre Dame, 6e arr.)
Chez Dromel Aîné (19, avenue du Prado, 6e arr.)
La Boulangerie de Saint-Victor (2, avenue de la Corse, 7e arr.)
Les Massilious (40, rue d’Endoume, 7e arr.)
Le Four des navettes (136 Rue Sainte, 7e arr.)
La Pépite (145, rue Sainte, 7e arr.)
La Pâtisserie Amandine (475, rue Paradis, 8e arr.)
Le Fournil de Bois Lemaître ( 98, boulevard de la Comtesse, 12e arr.)
La Pâtisserie by Christopher Sisilia (102, rue Alphonse-Daudet, 13e arr.)
Chez Clément et Olivier (1, avenue Jeanne d’Arc, 13400 Aubagne)

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.