Magazine

Xavier Mathieu de Tel Aviv à Joucas, 2019 commence fort !

Xavier MathieuUne année qui commence sur les chapeaux de roues, une année qui sera riche pour Xavier Mathieu. Ce vendredi 8 janvier, le chef de l’hôtel Le Phébus à Joucas, prend l’avion pour Tel Aviv. A l’invitation de l’ambassade de France et sous la houlette de Guillaume Gomez, chef des cuisines de l’Elysée, le cuisinier vauclusien est convié à préparer “3 repas les 10, 11 et 12 janvier pour 50 à 60 personnes à chaque fois”, détaille-t-il. Ce voyage sera émaillé par quelques visites “du Saint-Sépulcre, du mur des Lamentations et de la via dolorosa, le chemin de croix” annonce Xavier Mathieu. Ce rayonnement, l’image positive que le cuisinier exporte par-delà nos frontières lui a valu la reconnaissance du député LR Julien Aubert. De fait, ce dernier lui offrira, aux environs du 15 avril prochain, une copie de la médaille de l’Assemblée nationale (lire ci-après) : “On m’a expliqué que cette médaille récompense ceux qui apportent un rayonnement à la communauté” avance avec pudeur Xavier Mathieu. Défenseur d’un art de vivre à la française, portant les valeurs de la gastronomie provençale, Xavier Mathieu a obtenu et conservé sans interruption, une étoile au guide Michelin depuis 18 ans. Fidèle à son village, arrivé à Joucas en 1982, le cuisinier y a fait carrière : – Cette récompense m’émeut bien sûr car je ne suis pas quelqu’un qui a fait de hautes études. Je me suis lancé dans ce métier en 1982 parce que j’étais en échec scolaire et il me fallait bien apprendre un métier… Je suis convaincu que l’artisanat et le travail permettent à un homme de se réaliser pleinement”.

Une démarche éthique
En cet hiver 2019, les travaux à l’hôtel du Phébus vont bon train : la rénovation de 12 chambres sur 30 sera bientôt achevée de même que les aménagements du SPA : “On ajoute des installations qui apporteront plus de confort. Les appareils de fitness ne seront plus électriques et nous avons demandé à des sourciers de venir avec des baguettes pour trouver de l’eau. On a fait un forage de 180 mètres de profondeur afin d’irriguer notre potager qui couvrira de 600 à 1000 m2” s’amuse Mathieu. Concernant les cartes de la brasserie et du restaurant, le chef insiste sur sa démarche : – Composer un menu ça va bien au-delà de ce qu’on va inscrire à sa carte. Je me soucie de ceux auprès de qui je me fournis car un animal maltraité ce n’est pas possible. Ma démarche consiste à connaître tous mes fournisseurs, ce sont donc des fournisseurs de proximité qui me recommandent de rencontrer d’autres confrères qui ont la même démarche”.

Prompt à la confidence, Xavier Mathieu raconte sa “timidité maladive qui m’a empêché de faire du service en salle… C’était presque un handicap pour moi. Mais j’ai trouvé ma voie dans la cuisine et ça m’a permis de tracer mon chemin. Si la cuisine ne m’avait pas conduit à diriger une brigade, j’aurais enseigné bien que je ne sois pas une bête à concours. Les examens, les notes, être recalé, ce n’est pas mon truc. Quand on échoue, il faut sans cesse recommencer et faire preuve de patience… Les concours, ça satisfait l’ego”.
Xavier Mathieu sourit lorsque “doublant ma 6e, un prof d’anglais du lycée Lacordaire de Marseille m’avait jeté son casque en pleine figure… Je ne me suis réellement mis à l’anglais que quelques années plus tard en évoquant des produits et techniques avec d’autres professionnels. Mon parcours m’a convaincu que je suis plus sensible aux progrès qu’aux notes et aux sanctions”. Une philosophie de vie qui porte aujourd’hui ses fruits.

La médaille de l’Assemblée…

La médaille de l’Assemblée nationale est un cadeau, pas une décoration officielle. Il s’agit d’une copie de la médaille remise à chaque député français en début de législature. Aujourd’hui, la médaille remise à chaque député est en argent, gravée par les Monnaies et Médailles de Paris au nom de chaque député. Certains députés offrent à des individus qu’ils souhaitent mettre à l’honneur, une médaille similaire éditée par la boutique de l’Assemblée nationale ; c’est cette médaille que recevra Xavier Mathieu.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 26 septembre, le restaurant de l’île d’If, Marseille en Face, vous ouvre sa table pour un moment culinaire inédit et unique au pied du château d’If. C’est dans ce lieu chargé d’histoire, face à Marseille et privatisé pour l’occasion que le trio Sébastien Dugast, Romain Nicoli (restaurant Le Môle – Gérald Passedat) accompagnés du cuisinier nomade Emmanuel Perrodin vous propose de vivre une soirée unique autour d’un menu découverte faisant la part belle à l’histoire du lieu et des vins sélectionnés pour l’occasion. Frédéric Presles, invité d’honneur, nous contera un peu d’histoires de Monte-Cristo et d’Alexandre Dumas. Déroulé de la soirée : embarquement au Vieux-Port en direction du château d’If (une navette privée). 18h30 : apéritif au soleil couchant. 19h30 : menu découverte. 22h30 : retour sur Marseille. Tarif : 75 € par personne (incluant apéritif, dîner, vins et navette). Plus d’informations & réservations : romain@lemole-passedat.com / 06 09 55 25 01. Attention, places très limitées.

Samedi 26 septembre journée spéciale “les pieds dans les vignes” à la maison des Vins d’Avignon, sur la place de l’Horloge. Au programme : une matinée pour découvrir la richesse sensorielle des vignobles de la vallée du Rhône par une approche méthodique de la dégustation et un vocabulaire adapté pour percevoir et exprimer les sensations et saveurs. L’après-midi, l’expérience continue dans le vignoble à la rencontre des vignerons et négociants qui font la typicité des vignobles de la vallée du Rhône. De 10h à 17h30. Tarif : 190 €par personne pour la journée. Ce tarif comprend l’initiation à la dégustation, le déjeuner, la visite de 2 domaines viticoles et le transport. Infos auprès de Clémence Durand au 04 90 27 24 00.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter