Magazine

Mercure Canebière-Vieux-Port : dernière ligne droite avant le mois de juin 2019

Mercure Canebière-Vieux-PortQu’il semble loin ce temps de 2013 où avait été lancé un appel à projets pour ce bâtiment, mitoyen de la Canebière et de la rue des Feuillants ! Voilà des années, que les travaux vont bon train et les contours du futur Mercure Canebière-Vieux-Port se dessinent avec précision. « Nous parions sur une ouverture à juin 2019, annonce Aurélie Nicolas qui assurera la direction de l’hôtel et de sa brasserie. Les travaux ont été longs en raison de la nature du projet : 3 bâtiments fusionnés, des façades et des intérieurs classés, des pièces de style et d’époque Eiffel qu’il nous a fallu préserver » poursuit la jeune femme, ancienne directrice de la restauration de l’Intercontinental Hôtel-Dieu et ex-directrice du Mama Shelter, rue de la Loubière.

L’établissement, franchise du groupe Aurelia, sera classé 4 étoiles et arborera la bannière Accor. Il comptera 90 chambres, dont 3 suites. Le prix des chambres oscillera aux environs de 110 à 150 euros, « tout dépendra des saisons et des tailles. Chez Accor, on parle de chambre standard, privilège etc. détaille Mme Nicolas. Une suite offrira la vue sur Notre-Dame-de-la-Garde de même qu’une chambre jouira d’une terrasse avec vue également sur la Bonne Mère… ».
L’hôtel disposera de 2 salles de séminaire de 50 m2 chacune et une salle de coworking de 25 m2, « Easywork » dans le lexique Mercure. Situé à 7 minutes à pied, montre en main, de la gare Saint-Charles et autant du Vieux-Port, l’hôtel profitera des facilités qu’offrent l’arrêt du tramway devant sa porte et de la station de métro Noailles juste en amont.

Mercure Canebière-Vieux-PortC’est à l’agence d’architecture Tangram qu’a été confiée la gestion du chantier du Canebière-Vieux-Port avec un cahier des charges précis : «  Mercure souhaite développer le côté boutique-hôtel de ses établissements, dit Mme Nicolas. L’identité locale et marseillaise sera préservée, valorisée et le décor sera celui d’un hôtel marseillais. Les tommettes ont été conservées à chaque fois que c’était possible de même que toutes les cheminées dans un souci de respect du cahier des charges historique. La déco sera dédiée aux années 1950 avec beaucoup de cuivres, le résultat est enthousiasmant ».

Pour la brasserie, un recrutement de chef en cours

La brasserie de l’hôtel sera baptisée « le Capucin » en hommage à la rue Longue des Capucins voisine. Elle sera indépendante de l’hôtel à 100% « car nous voulons la dédier aux Marseillais et voulons qu’ils s’en emparent », ajoute Aurélie Nicolas. Quelque 130 places assises se répartiront entre le rez-de-chaussée et un premier étage. On y accédera par une porte d’entrée sur la Canebière et une autre dans l’angle Canebière-Feuillants, cette dernière jouissant d’une terrasse de 15-20 couverts. A cette heure, trois profils de chef sont en lice et le recrutement est en cours : « Ce sont des Marseillais qui, tous trois, ont une trentaine d’années… Rien n’est encore décidé » prévient Aurélie Nicolas. Le cuisinier aura la charge des petits-déjeuners réservés aux résidents de l’hôtel et devra formuler une proposition room-service. A la brasserie, la carte, classique pour un hôtel ayant une vocation nationale et internationale, côtoiera une formule renouvelée chaque jour avec des propositions marseillaises et méditerranéennes. « Pour le déjeuner, on devrait servir des menus à 24 et 29 euros, le soir, on s’établirait aux environs de 36 euros avec des suggestions à la carte » assure Mme Nicolas. Le plat signature de la carte sera le boeuf au capucin ; les Aveyronnais connaissent bien ce cône de fer que l’on oublie dans les braises et dans lequel, une fois rouge brûlant, on glisse une tranche de lard qui, en fondant, nappe la viande d’un gras cuit délicieux… Y’a plus qu’à attendre juin prochain.

Le groupe SAS Arrelia

Le Mercure Canebière-Vieux-Port sera drivé par le groupe Arrelia très implanté dans le Languedoc. En 2016, cette SAS pesait 39200 nuitées, revendiquait 250 appartements en résidences services séniors (à Perpignan, Bordeaux et Montpellier) et a servi 69800 repas. Le deuxième trimestre 2019 sera crucial pour le groupe qui, outre l’ouverture du Mercure Canebière-Vieux-Port, inaugurera un complexe au sein de l’aéroport Montpellier-Méditerranée (soit deux hôtels 2 et 3 étoiles, une brasserie, un complexe sportif et des salles de séminaire). Arrelia ouvrira également un Ibis budget 2 étoiles dans la zone Montpellier nord au 2 trimestre de 2019. Le groupe Arrelia clora l’année 2019 avec un portefeuille comprenant le Mas des Arcades (3 étoiles) à Perpignan, trois Ibis styles à Montpellier et Port-Vendres, le Mercure Canebière-Vieux-Port à Marseille, deux Ibis budget à Montpellier.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.